Types de dispositifs différentiels

Mise en oeuvre
Les dispositifs différentiels peuvent être utilisés avec tous les régimes du neutre (DIN VDE 0100 deel 410); dans le schéma IT, il faut que la capacité du réseau par rapport à la terre soit suffisante pour permettre en cas de défaut la circulation d'un courant de défaut atteignant la valeur du courant différenteil de fonctionnement assigné In.

Le réseau IT peut aussi comporter un contrôleur d'isolement. Les 2 apareils de protection ne s'influencent pas mutuellement.

Courants de défaut sinusoïdaux et courants de défaut pulsés à composante continue
Les composants électroniques trouvent de plus en plus d'applications dans les appareils ménagers ainsi que dans les installations industrielles.

On utilise ainsi des circuits et des commandes comme par exemple des redresseurs, des thyristors ou des systèmes similaires qui génèrent des courants de fonctionnement et des courants de défaut dont la forme diffère de la forme sinusoïdale.

Ces courants de fonctionnement et de défauts génèrent plus ou moins des harmoniques.
Certains appareils à composants électroniques sont protégés en classe II, ils n'ont pas de conducteur de protection.

D'autres sont en classe de protection I et les défauts dus à un défaut d'isolement peuvent créer un courant non sinusoïdal qui traverse le disjoncteur différentiel.

Les normes DIN-VDE des disjoncteurs différentiels comportent les exigences complémentaires et les modalités, d'essai avec des courants de défaut non-sinusoïdaux ou pulsés.

Les valeurs maximales des courants admises pour l'essai de déclenchement avec des courants de défauts pulsés à composante continue ont été définies dans le tableau suivant : ces valeurs ont été multipliées par le facteur 1,4 par rapport à des courants de défaut sinusoïdaux en accord avec les recherches médicales.

Les disjoncteurs différentiels qui déclenchent aussi bien sur les courants de défaut sinusoïdaux que sur les courants de défauts pulsés à composante continue portent le symbole :




Principe de déclenchement lors de défauts :



Les disjoncteurs différentiels sensibles au courant de décharge ne peuvent détecter et couper de tels défauts de courant continu.

Leur fonction de déclenchement subit par ailleurs une influence négative.
Par conséquent, les consommateurs électriques produisant de tels courants de défaut en cas de défaillance, ne peuvent être surveillés avec des interrupteurs à courant différentiel résiduel sensibles au courant de décharge.

La séparation sûre peut constituer une mesure de précaution. Cependant, elle n'est réalisable qu'avec des transformateurs lourds et coûteux.

Les nouveaux interrupteurs à courant différentiel résiduel de type B permettent de réaliser une solution techniquement parfaite et économique.

Ce type d'interrupteurs à courant différentiel résiduel est repris dans la norme prEN 50 178 (Norme DIN VDE 0160) " Equipement électronique utilisé dans les installations de puissance".

Conception et fonctionnement
La base des interrupteurs à courant différentiel résiduel de type B est un appareil de protection sensible au courant de décharge avec un déclenchement indépendant de la tension du réseau, complété par un composant supplémentaire pour la détection de défauts de courant continu égaux.

La conception de principe est présentée dans l'illustration suivante :


Le transformateur de courant W1 surveille comme auparavant les courants de défaut alternatifs et de type décharge dans l'installation électrique.
Le transformateur de courant W2 détecte les défauts de courant continu égaux.

En cas de défaut, il donne un ordre de déclenchement au disjoncteur A via l'unité électronique E.

Aperçu de la gamme