Tom Clauwaert

« Chaque nouveau projet est un peu une petite entreprise qu’il faut créer de A à Z : il faut s’entourer de la bonne équipe, respecter le budget prévu, tenir compte des différents acteurs qui ont leur mot à dire. »

Carte d’identité Tom Clauwaert


Des relations professionnelles personnalisées

En tant que Project Manager dans le secteur Energy de Siemens BeLux, on est toujours sur le pont. Nos clients viennent souvent nous voir avec des besoins spécifiques, par exemple l’installation ou la rénovation d’une turbine à vapeur. Nous établissons une relation d’affaires assez personnelle avec eux. Nos clients étant des personnes, il est important qu’ils trouvent en face d’eux non seulement un Project Manager de Siemens, mais aussi une personne qui réfléchit avec eux.


Une carrière sur mesure

En 2008, j’ai entamé mes activités chez Siemens en tant que stagiaire dans le cadre d’un « Project Management Traineeship ». Avant cela, j’avais déjà travaillé quatre ans dans une PME, mais quelle différence avec une entreprise aussi grande et aussi présente dans le monde que Siemens ! Le but de ce stage était de travailler pendant deux ans dans trois départements différents et d’acquérir ainsi une formation ultrarapide en « Project Management », qui déboucherait idéalement par la suite sur un poste de « Siemens Certified Senior Project Manager ». Mais je ne suis jamais arrivé au bout de mon parcours dans ces trois départements… J’ai d’abord passé neuf mois dans la branche Exportations de notre secteur Industry, puis je me suis retrouvé chez Energy comme adjoint du Project Director pour un grand projet :  en l’occurrence le projet T-Power, la construction clés en main d’une centrale TGV (turbine gaz-vapeur). Et… je suis resté chez Energy ! Je m’y sentais tellement bien que j’y suis toujours aujourd’hui. Le fait qu’un stage puisse être adapté à l’évolution d’un stagiaire pendant sa formation témoigne de la flexibilité qui règne chez Siemens et de la manière dont l’entreprise investit dans ses collaborateurs.

La flexibilité va assez loin, elle va souvent de pair avec l’autonomie des collaborateurs et la confiance qu’on place en eux. Si j’ai rendez-vous à 10h00 du matin chez un client, cela n’a pas beaucoup de sens de venir d’abord au bureau pour repartir ensuite. Dans ce cas, Siemens m’offre la possibilité de travailler de chez moi avec mon pc portable avant d’aller à mon rendez-vous.


Equilibre et consécration

Ce qui est passionnant dans mon travail, c’est que chaque nouveau projet est un peu une petite entreprise qu’il faut créer et gérer de A à Z. Il faut la concevoir, s’entourer de la bonne équipe pour pouvoir démarrer, respecter le budget prévu, tenir compte des différents acteurs qui ont leur mot à dire… Le maître-mot est « équilibre ». C’est également le principal défi : veiller au maintien d’un équilibre satisfaisant entre budget, délais et qualité, d’une part, et exigences des clients et autres parties prenantes, d’autre part. En tant que Project Manager, il faut donc avoir une bonne résistance au stress, être capable de bien communiquer et pouvoir défendre les intérêts de toutes les parties concernées dans un cadre plus large.

En fin de parcours, lorsque le projet s’est concrétisé avec succès et que vous constatez à quel point le client apprécie votre engagement, vous êtes évidemment très heureux. Un exemple récent : l’entreprise de traitement des déchets Svex, où nous avons installé une turbine à vapeur. C’est un grand projet que je viens de gérer pour Energy et il a été très spécial pour moi, car il m’a obligé à faire appel à tout ce que j’avais appris pendant mon stage. C’était un peu le couronnement de mon évolution du statut de stagiaire vers celui de « Certified Project Manager » chez Siemens.