Tools

Site ExplorerSite Explorer
Close site explorer

Projet pilote avec des voitures électriques dans les gares: 34 gares seront équipées de bornes de chargement

Un concours pour sélectionner des volontaires

For the business press
Bruxelles, 21.12.2010

La mobilité telle que nous la connaissons aujourd’hui est dans une impasse. Si la société veut rester mobile, il faut accroître le recours aux transports publics. Simultanément, nous devons combattre les émissions croissantes de CO2, surtout dans les villes. La combinaison modale entre le train et la voiture électrique est peut-être une des solutions à appliquer pour que la mobilité soit plus responsable et plus flexible. C’est pour en valider l’opportunité que la SNCB-Holding et Siemens, avec le soutien de la Direction Energie du SPF Economie, lancent un projet pilote.

Dans trois gares (à Gand, Liège et Bruxelles) des voitures électriques et des bornes de chargement vont être mises à disposition en vue d'étudier la combinaison du train avec un véhicule routier électrique. Un concours est lancé pour recruter les «testeurs» qui participeront à ce projet.

Dans une deuxième phase, la SNCB Holding équipera 34 gares de bornes de chargement pour voitures électriques. Infrabel, qui assure l'approvisionnement du Groupe SNCB, alimentera les bornes en électricité verte.

Chaque jour de semaine, la Belgique routière est confrontée à 140 kilomètres de files. De surcroît, la mobilité est responsable de 20 % des émissions de CO2. Si nous voulons rester mobiles et continuer à respirer, il faut un changement ! La SNCB-Holding, moteur de la mobilité, veut prendre ses responsabilités et proposer des solutions intermodales durables et en réseau. Des solutions qui permettent à l’utilisateur de composer son propre parcours avec les différents moyens de transports. Elle développe déjà de nombreuses possibilités intermodales pour l’ «avant» et l’ «après» trajet en train, comme par exemple les parkings, les points-vélos, les voitures partagées Cambio… L’émergence des voitures électriques de nouvelles perspectives dans lesquelles il faut voir davantage que le simple remplacement de la technologie des moteurs thermiques.

Combinée avec le train, la voiture électrique peut donner un véritable coup de fouet à la mobilité durable. Surtout en combinaison avec des bornes de chargement qui fournissent une énergie provenant de sources renouvelables, tels l'éolien et le solaire. Comme l’on ne peut commander au vent et au soleil, il faut fournir un réseau électrique flexible. En Belgique, Siemens est pionnier dans les applications électriques flexibles, aussi appelées “smart grid”. Siemens peut en outre proposer à ses clients des solutions "complete mobility". C’est pour cela que la SNCB-Holding et Siemens, sous l’égide de la Direction Générale Energie du SPF Economie, ont décidé de travailler ensemble pour tester les possibilités de la combinaison 'train + voiture électrique' sur tous les plans: sociologique, économique, écologique et technologique.

A Liège comme à Gand, trois personnes se serviront de voitures électriques pour la première partie de leur trajet quotidien vers le travail, de leur domicile à la gare. Les voitures seront fournies par Leaseplan. Elles seront rechargées via les bornes Siemens installées dans les gares de Liège et Gand. Les 'testeurs' recevront également un libre-parcours SNCB valable sur tout le réseau belge. Pour le trajet gare-bureau, ils auront accès gratuitement aux voitures partagées Cambio. Le groupe test sera composé de “navetteurs connus”, comme Nic Balthazar à Gand ou Gianni Tabbone à Liège. Les autres 'testeurs' (deux par gare) seront recrutés par le biais d’un concours qui débute aujourd'hui. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire sur le site www.lagare.be .

A Bruxelles, les tests seront effectués dès avril par deux membres du personnel de Siemens. Ils étudieront les possibilités et l'impact de la voiture électrique pour la dernière partie de leur trajet quotidien, de la gare au lieu de travail. Les bornes de chargement seront placés sur les sites de Siemens

Le projet pilote court de mars à juin. Les partenaires ont présenté ce mardi 21 décembre les voitures et bornes de chargement dans les parkings des gares de Liège et de Gand.

Le "Bond Beter Leefmilieu" et le CIEM, Centre interuniversitaire d'étude de la mobilité, traiteront les résultats du projet pilote à l'été dans un rapport final.

La SNCB Holding a décidé d'équiper 34 gares de bornes de chargement pour voitures électriques. C'est un investissement dans le développement des gares en tant que points nodaux internationaux de mobilité durable basée sur des solutions de porte à porte. Pour ce projet pilote, Infrabel fournira du courant électrique vert.

Avec un achat annuel de 1.650 GWh, Infrabel est l'un des plus gros consommateurs d'électricité du pays. Le groupe ferroviaire a un profil très spécifique: sa consommation atteint des niveaux très élevés en heures de pointe.

Infrabel est donc également intéressé par les possibilités d'un réseau électrique flexible. Le projet pilote lui apprendra beaucoup pour la mise en place du projet définitif. Un grand nombre de voitures électriques sur les parkings de gares mettrait probablement Infrabel en position de jouer un rôle stratégique sur le marché de l'électricité, y étant une sorte de concentrateur. Le gestionnaire du réseau belge pourrait ainsi maîtriser pour une part le prix et la disponibilité du courant électrique.

La SNCB-Holding est la société faîtière du Groupe SNCB et le garant d’un service de qualité optimale. Elle s’acquitte de cette mission en coordonnant et en soutenant les activités de ses deux filiales - la SNCB (l’exploitant) et Infrabel (le gestionnaire de l’infrastructure) - tout en s’assurant de la convergence de leurs stratégies et de l’unité du groupe pour, notamment, atteindre l’équilibre financier. La SNCB-Holding est l’unique employeur des quelque 38 000 membres du personnel du Groupe SNCB. Elle est propriétaire des bâtiments de gare, des parkings et parkings pour vélos, des espaces de location de vélos et des abords des gares. En outre, elle assure les activités de sécurité et de gardiennage sur le domaine ferroviaire ; elle gère les réseaux ICT pour l’ensemble du groupe et veille à la préservation du patrimoine historique relatif à l’exploitation ferroviaire. Elle a pour but de promouvoir le transport ferroviaire sur le réseau belge, l’un des plus denses au monde

Siemens Groupe Belgique-Luxembourg: Siemens Belgique est un acteur de premier plan dans les secteurs Energie, Industrie et Healthcare. La société agit dans les domaines de l'énergie, de l'automatisation, des solutions industrielles, du transport, des techniques médiacles et de diagnostic, dans la technologue de la construction et dans les solutions IT. Le Groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 1,2 milliard au cours de l'année comptable 2009, dont 30 % réalisés à l'exportation. Il emploie 2.500 personnes. www.siemens.be

Infrabel est la société anonyme de droit public responsable de la gestion, de l'entretien, du renouvellement et du développement du réseau ferroviaire belge. L'entreprise est également responsable de l'octroi des sillons assurant le passage aux opérateurs belges et étrangers. La structure particulière de l'actionnariat d'Infrabel garantit sa totale indépendance. Infrabel a été créée au 1er janvier 2005 après la scission des Chemins de fer belges et fait partie du groupe SNCB. L'entreprise emploie actuellement quelque 12 500 personnes et réalise un chiffre d'affaires d'environ 1 milliard d'euros (2008).