Tools

Site ExplorerSite Explorer
Close site explorer

Siemens se concentre sur le renforcement de sa compétitivité dans un contexte économique belge difficile. Avec succès.

For the trade/business and financial press
Huizingen, 06.02.2014

  • Siemens Belgique-Luxembourg a enregistré une légère hausse de son chiffre d’affaires, de 1,037 milliard d’euros en 2012 à 1,081 milliard en 2013.

  • Le Secteur Industry a généré 27 % du chiffre d’affaires du groupe, Healthcare 34 %*, Infrastructure & Cities 36 % et Energy 3 %.

  • Les entrées de commandes ont connu un léger recul, passant de 1,016 milliard d’euros en 2012 à 954 millions en 2013.

  • Les activités d’exportation ont contribué à hauteur de 33 % au chiffre d’affaires du groupe.

  • Le nombre de collaborateurs (exprimé en équivalents temps plein) est passé de 1 691 en 2012 à 1 644 en 2013.

Malgré la conjoncture économique difficile, le groupe Siemens Belgique-Luxembourg est parvenu à clôturer l’exercice fiscal 2013 (du 1er octobre 2012 au 30 septembre 2013) sur une note stable, avec des résultats proches de ceux des années précédentes. Le chiffre d’affaires a progressé de 1,037 milliard d’euros en 2012 à 1,081 milliard en 2013, tandis que les entrées de commandes chutaient légèrement, de 1,016 milliard d’euros pour l’exercice fiscal 2012 à 954 millions d’euros en 2013. 

Les chiffres ci-dessus sont basés sur les règles IFRS (International Financial Reporting Standards) en vigueur dans l’ensemble du groupe Siemens.
* y compris les activités en Europe, au Moyen Orient et en Afrique de l’European Part Center de Siemens Healthcare Diagnostics

1. Examen des chiffres clés : accent sur la compétitivité
Le renforcement de la compétitivité était la priorité stratégique de Siemens Belgique-Luxembourg en 2013. En effet, les conditions du marché belge constituent un véritable défi pour le groupe : les coûts salariaux et énergétiques élevés ont, tout comme le climat peu favorable aux entreprises, des répercussions importantes sur la compétitivité de Siemens Belgique-Luxembourg. Pour compenser ces effets et accroître sa compétitivité, le groupe a lancé des initiatives à différents niveaux.

En tout premier lieu, Siemens s’efforce d’être plus proche de ses clients. Le groupe a par exemple ouvert un bureau à Mont-Saint-Guibert, non loin de Louvain-La-Neuve et de son université. Il souhaite ainsi s’ancrer davantage dans le tissu wallon et être encore plus à l’écoute des clients locaux. Il poursuit d’ailleurs les mêmes objectifs à partir des sites de Bruxelles, Huizingen, Luxembourg, Liège, Louvain, Anvers et Gand. Avec le centre de production d’armoires électriques à Huizingen (où sont notamment assemblées les armoires destinées aux trains RER de la SNCB), Siemens continue à offrir une plus-value particulière à ses clients industriels belges et étrangers, ce que prouvent également les chiffres de 2013.

En second lieu, Siemens renforce ses services via des partenariats ciblés avec des acteurs locaux. C’est ainsi qu’en septembre 2013, le groupe s’est associé à ABM, une PME wallonne spécialisée dans le service après-vente des motoréducteurs. Cette alliance permet à l’entreprise wallonne de se tailler une stature internationale comme premier centre européen d’assemblage et de distribution pour les motoréducteurs. Pour sa part, Siemens peut, en tant que multinationale, renforcer sa présence au niveau local et réagir plus rapidement aux besoins des utilisateurs de ses technologies. Ce type de collaboration avec des entreprises locales accroît la compétitivité du groupe et lui permet d’être mieux armé face aux défis du futur.

Enfin, Siemens Belgique-Luxembourg concentre ses efforts sur son facteur distinctif : sa capacité d’innover. Trois cents collaborateurs ont pris part à « Fast Forward », un jeu d’innovation interne. Il en est sorti plusieurs idées de projets qui assureront des bénéfices à court terme au groupe, grâce à l’optimisation des processus et à de petits développements logiciels. Signalons que les équipes gagnantes se caractérisaient par une grande diversité, tant en termes de sexe que d’âge.

Le focus du groupe sur le renforcement de la compétitivité a permis de limiter l’impact du climat économique maussade sur l’emploi chez Siemens Belgique-Luxembourg.

2. Les Secteurs
Industry, Healthcare et Infrastructure & Cities ont connu une bonne année : ces trois Secteurs de Siemens sont parvenus à réaliser de beaux projets dans des activités très diversifiées. Le secteur Energy a, quant à lui, accusé un fléchissement dû au climat d’investissement morose du marché belge de l’énergie.

2.1. Industry
L’an dernier, le Secteur Industry a généré 27 % du chiffre d’affaires du groupe. Malgré la persistance de la crise, le Secteur a réussi à clôturer l’année en dépassant ses objectifs budgétaires. Les recettes sont restées stables et conformes au budget. Ce sont les activités de logiciels industriels et le centre de production de Huizingen qui ont affiché les meilleurs résultats.

Le Secteur Industry doit ses bons chiffres non seulement à son approche orientée client – qui vise l’optimisation de la rentabilité de la clientèle –, mais aussi à une excellente collaboration avec son vaste réseau de partenaires.

Projets de référence en 2013

  • Afin d’accroître ses capacités de production à Châtelet, le producteur d’acier Aperam a décidé de remplacer l’entraînement de ses laminoirs à chaud par une alternative plus moderne développée par Siemens.

  • Pour améliorer la prise de décision au niveau de la production, Kaneka Belgium a fait installer un système IT global qui permet un stockage centralisé de toutes les données de production pertinentes.

  • New Holland a procédé à un retrofit afin d’optimiser sa ligne de production de composants. Les machines sont à présent équipées de commandes CNC, d’entraînements et de PLC Siemens de la dernière génération.

  • Grâce à une production économique et de qualité, le centre de production de Siemens à Huizingen a obtenu le marché des armoires et postes de commande pour 200 rames Desiro.

  • Le site de production centenaire du fabricant d’huiles Q8Oils a dû être modernisé de fond en comble dans le cadre d’un vaste projet d’automatisation. La technologie de Siemens joue un rôle central à toutes les phases du processus de production.

2.2. Energy
Le marché belge de l’énergie est en pleine effervescence. Les acteurs traditionnels sont sous pression en raison du grand nombre de nouveaux arrivants (subsidiés) dans le domaine des énergies vertes et renouvelables. Bien que de gros investissements s’imposent dans le réseau électrique, les entrées de commandes de ce Secteur ont été faibles en 2013. Même si Energy n’a généré que 3 % du chiffre d’affaires du groupe l’année dernière, sa rentabilité demeure satisfaisante.

Projets de référence en 2013:

  • Le système DCS de la centrale gaz/vapeur d’Electrabel à Drogenbos a été entièrement modernisé cette année avec pour résultat une gestion plus efficace, des coûts d’entretien moins importants et une durée de vie plus longue.

  • Conformément au contrat cadre avec le gestionnaire de réseau d’électricité Elia, plusieurs projets de sous-stations GIS sûres et modulaires ont été lancés cette année à Schelle, Beerse, Bévercé et Namur.

2.3. Healthcare
En 2013, ce Secteur – leader du marché dans son domaine en Belgique et au Luxembourg – s’est approprié 34 % du chiffre d’affaires du groupe, y compris les activités en Europe, au Moyen Orient et en Afrique du European Part Center de Siemens Healthcare Diagnostics.Healthcare a réalisé une bonne année malgré la stagnation du marché sur lequel il opère. Il a en effet continué à progresser sur les marchés d’Afrique centrale et occidentale. Dans certains pays, Healthcare a signé des premières médicales avec l’installation d’un appareillage haut de gamme.  Le secteur a également enregistré de bons résultats avec ses solutions d’automatisation de laboratoire, surtout sur le marché wallon.

Projets de référence en 2013:

  • En 2013, l’UZ Gent a été le premier hôpital de Belgique à utiliser le MAMMOMAT Inspiration Prime. Ce système de mammographie révolutionnaire permet d’effectuer des examens du sein plus efficaces et centrés sur la patiente. Comme l’appareil réalise et traite les clichés en grande partie par voie logicielle, la dose de radiation nécessaire est sensiblement réduite.

  • Grâce à la technologie d’imagerie médicale interventionnelle Q de Siemens, les Cliniques universitaires Saint-Luc (UCL) à Bruxelles et la Clinique Saint-Joseph d’Arlon obtiennent des images d’une qualité supérieure avec une dose de radiation plus faible.

  • Le Centre Hospitalier Universitaire de Tivoli à La Louvière et le Centre Hospitalier de Wallonie Picarde à Tournai optimisent le workflow de leurs laboratoires avec la toute nouvelle plateforme APTIO Automation de Siemens.

  • Au Luxembourg, le Centre Hospitalier Emile Mayrish et le Centre Hospitalier de Luxembourg se sont équipés de deux scanners CT flambants neufs de Siemens, qui permettent d’augmenter la précision des diagnostics tout en réduisant la dose de radiation.

2.4. Infrastructure & Cities
Infrastructure & Cities – le Secteur Siemens qui développe des technologies et infrastructures pour les villes du futur – représente 36 % du chiffre d’affaires du groupe. Grâce à l’évolution positive de ce marché, le Secteur est en croissance dans presque toutes ses activités. Les entrées de commandes ont elles aussi considérablement augmenté et dépassent de loin le budget prévu. C’est chez Building Technologies et Mobility & Logistics qu’ont été enregistrées de belles commandes. La division Rail Systems a commencé la livraison des nouvelles automotrices à la SNCB.

Projets de référence en 2013:

  • Pour le parc Butendiek en Allemagne, Siemens a conçu une solution de commutation qui garantit l’efficacité de la production énergétique – en toutes circonstances. Siemens HQ a développé 80 turbines qui seront installées dans la partie supérieure des éoliennes. Siemens Belgique est intervenue sur la partie inférieure via CG. C’est là que se trouvent l’interface avec la plateforme de base et les câbles de raccordement entre les éoliennes.

  • La Région de Bruxelles-Capitale était en quête d’une solution pour améliorer la mobilité dans la capitale belge et européenne. Siemens lui a proposé une solution modulaire globale permettant de réagir en temps réel aux conditions de circulation, de collecter les données pertinentes et de fluidifier le trafic sur les grands axes.

  • Siemens travaille pour l’instant à la rénovation du système de sécurité pour le pré-métro de De Lijn à Anvers. Le but de ce projet est non seulement de rénover le système de sécurité mais aussi de continuer à améliorer la fluidité du trafic. De plus, De Lijn à Anvers veut installer d’ici 2015 une ligne de tram entièrement opérationnelle entre Wommelgem et la station Astrid.  Cette ligne qui passera en partie à travers le tunnel du pré-métro sous la « Turnhoutsebaan » (projet Livan1) sera également équipée du nouveau système de sécurité.

  • Afin de protéger son personnel et la confidentialité de ses informations, l’OTAN a demandé à Siemens d’équiper son nouveau siège central à Bruxelles d’un système de protection électronique.

  • Le distributeur flamand d’électricité Eandis a installé une solution de protection qui empêche toute surcharge du réseau due à l’électricité produite par des éoliennes, des panneaux solaires et des centrales de cogénération.

3. Perspectives: Lead country et nouvelles responsabilités en Afrique
Nommée Lead Country dans la nouvelle organisation internationale, Siemens Belgique-Luxembourg prend la responsabilité des entités de Siemens en Algérie, en Tunisie et au Maroc ainsi que du développement du marché dans 23 pays d’Afrique centrale et occidentale

L’année 2014 offrira bon nombre d’opportunités à Siemens Belgique-Luxembourg. Au niveau international, Joe Kaeser, le nouveau CEO du groupe, et son équipe de management ont décidé d’une série de changements importants. L’entreprise a été dotée d’une organisation plus légère et plus efficace au niveau international. Le système des « clusters » régionaux disparaît et les pays les plus importants se voient attribuer le rôle de « Lead Country ». 

Siemens Belgique est également appelée à jouer un rôle de « Lead Country » dans la nouvelle structure : le Luxembourg, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et 23 pays africains francophones ont été placés sous sa responsabilité. En Algérie, au Maroc et en Tunisie, Siemens Belgique collaborera avec les bureaux Siemens locaux et leur apportera son soutien ; dans les 23 pays d’Afrique occidentale et centrale, le groupe sera chargé de développer le marché. Le groupe Siemens reconnaît donc la force de l’entité belge en matière de business international et veut encore consolider cet atout.

André Bouffioux, CEO de Siemens Belgique-Luxembourg : « Sur le marché belgo-luxembourgeois, il nous sera certainement encore très difficile de progresser l’année prochaine. Mais les marchés africains en croissance offrent des opportunités qui compenseront les difficultés que nous connaissons sur le marché intérieur. À partir de la Belgique, nous desservons déjà le marché algérien depuis 1976, principalement pour des projets liés à l’eau; nous avons donc l’intention de mettre à profit nos longues années d’expérience pour exploiter toutes les chances qui s’offrent à nous dans cette région.
Grâce à la conjonction de notre nouveau rôle de Lead Country et d’une action internationale plus efficace – qui nous permet d’être plus proches de nos clients et de prendre des décisions plus rapides –, nous abordons la nouvelle année en position de force. »  

Projets de référence en 2013:

  • Les pouvoirs publics d’Athmania en Algérie se sont associés à Siemens pour trouver une solution structurelle à leurs problèmes d’approvisionnement en eau. C’est ainsi que d’ici 2017, deux stations de pompage géantes transporteront quelque 16 m3 d’eau par seconde.

  • Pour assurer l’approvisionnement électrique du Cameroun en toutes circonstances, le gestionnaire du réseau, AES Sonel, a fait appel à Siemens. Le groupe a installé un système de gestion qui offre à tout moment une vue d’ensemble claire de la quantité d’énergie produite par chaque sous-station et centrale thermique ou hydraulique du pays.

  • •Au Burkina Faso, l’Hôpital Saint-Camille dispose désormais d’un scanner MR flambant neuf – une véritable première pour le secteur local de la santé.