Siemens remporte une importante commande HVDC pour l’interconnexion des réseaux électriques anglais et belge

  • La technologie HVDC Plus de Siemens opère à une tension de transport de 400 kV DC

  • Une capacité de transport de 1 000 MW suffit pour couvrir les besoins de 500 000 ménages

  • L’interconnexion permet d’augmenter la capacité de transport disponible de 33 %

Siemens fournira un système de transport haute tension à courant continu (HVDC) destiné à interconnecter par câble sous-marin les réseaux électriques nationaux anglais et belge. Le groupe assurera l’installation clé en mains des deux stations de conversion de 400 kV DC. Le client est Nemo Link, une joint venture créée par l’opérateur de réseau britannique National Grid et Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité belge, pour la réalisation de ce projet commun.  Une fois terminée, l’interconnexion Nemo Link disposera d’une capacité de 1 000 mégawatts (MW) permettant d’alimenter 500 000 ménages en électricité. L’interconnexion s’étendra sur 140 km entre Richborough, sur la côte du Kent, et Zeebruges, et utilisera une combinaison de câbles sous-marins et souterrains. Son exploitation commerciale est prévue pour 2019. La commande comprend également un contrat de service et de maintenance pour une période de cinq ans.

« Nous nous réjouissons de réaliser ce nouveau projet HVDC historique en collaboration avec Nemo Link, et de contribuer à l’intégration du marché européen de l’énergie », a déclaré Tim Dawidowsky, CEO de la business unit Transmission Solutions au sein de la division Energy Management de Siemens. « Siemens est un leader mondial dans le domaine du transport de la haute tension à courant continu. Nos projets installés en technologie HVDC Plus représentent une capacité totale de 4,6 gigawatts à l’échelle mondiale. » L’interconnexion Nemo Link fait partie des projets d’intérêt commun soutenus par la Commission européenne afin d’encourager la création d’un marché européen intégré de l’énergie. Il renforcera la sécurité énergétique des deux pays et facilitera l’intégration de l’énergie renouvelable issue, par exemple, de l’éolien offshore.

Nemo Link permettra d’interconnecter au moyen de câbles sous-marins les deux réseaux haute tension à courant alternatif situés de part et d’autre de la mer du Nord. L’avantage de la technologie HVDC est qu’elle ne nécessite pas la synchronisation des deux réseaux à courant alternatif interconnectés. Les deux stations de conversion utiliseront des convertisseurs en source de tension (VSC) modulaires multi-niveaux (MMC) en technologie HVDC Plus pour convertir le courant alternatif en courant continu et vice-versa à l’autre extrémité de l’interconnexion. Contrairement à la technologie des convertisseurs commutés par la ligne, le système HVDC Plus fonctionne avec des transistors de puissance qui peuvent aussi être utilisés comme interrupteur électronique (IGBT). On peut donc les commander indépendamment de la tension de la ligne.  Grâce à leurs capacités d’intervention ultra rapides pour la commande et la protection du système de transport, les convertisseurs de puissance garantissent une stabilité élevée, réduisant ainsi les pannes et les perturbations dans le réseau à courant alternatif 50 Hz.  Cela se traduit pour les opérateurs et les consommateurs par une augmentation sensible de la fiabilité de l’approvisionnement électrique.

La technologie HVDC Plus de Siemens assure un transport efficace de l’électricité sur de longues distances et est particulièrement adaptée aux utilisations sous-marines, avec des pertes avoisinant 2 % (hors pertes dans le câble). Par ailleurs, le système est parfaitement contrôlable et apportera des avantages opérationnels aux deux réseaux de transport. L’interconnexion Nemo Link permettra de transporter le courant dans les deux directions et sera la troisième interconnexion électrique entre le Kent et l’Europe.  L’interconnexion BritNed de 1 000 MW entre le Royaume-Uni et les Pays-Bas a également être réalisée par Siemens. Elle a été mise en service en 2011.

Les interconnexions jouent un rôle clé dans le cadre de la stratégie de l’Union européenne visant un marché de l’énergie européen compétitif et intégré. En permettant à la Belgique et au Royaume-Uni d’échanger de l’électricité, l’interconnexion Nemo Link renforcera la sécurité et la diversification de l’approvisionnement électrique des deux pays. Pour atteindre les objectifs nationaux et internationaux en matière d’énergies renouvelables, la Belgique et le Royaume-Uni vont devoir produire plus d’électricité à partir de sources renouvelables, notamment l’énergie éolienne en mer. De par sa nature, la production éolienne est variable. Les interconnexions sont un moyen efficace de faire face aux fluctuations de l’offre et de la demande.

Consultez le communiqué de presse émis par le client et les partenaires du projet sur http://www.elia.be/fr/a-propos-elia/newsroom/news/2015/08-06-2015-Nemo-Link

Pour plus d’information sur la Division Energy Management de Siemens, rendez-vous sur le site www.siemens.com/energy-management

Suivez-nous sur Twitter : www.twitter.com/siemens_press

Siemens AG (Berlin et Munich) est un leader mondial dans le domaine de l’ingénierie. Symbole d’excellence, d’innovation, de qualité, de fiabilité et de présence internationale depuis plus de 165 ans, la société est active dans plus de 200 pays et se concentre sur les domaines de l’électrification, de l’automatisation et de la transition numérique. Géant mondial des technologies écoénergétiques permettant d’économiser les ressources, Siemens est le n° 1 de la construction d’éoliennes offshore, un des principaux fournisseurs de turbines à cycles combinés pour la production d’énergie et de solutions de transport de l’énergie, et un pionnier des solutions d’infrastructure ainsi que de l’automatisation et des logiciels industriels. Siemens est également leader dans le domaine de l’imagerie médicale – systèmes de scanner et d’imagerie par résonance magnétique –, des diagnostics de laboratoire et de l’informatique médicale. Au cours de l’exercice fiscal 2014 (clôturé le 30 septembre), le chiffre d’affaires des activités poursuivies s’est élevé à 71,9 milliards d’euros, pour un résultat net de 5,5 milliards d’euros. Fin septembre 2014, l’entreprise employait quelques 343 000 personnes dans le monde de manière continue. Pour de plus amples informations, consultez le site www.siemens.com.