Siemens enregistre à nouveau une forte croissance au troisième trimestre de l’exercice

Hausse du chiffre d’affaires et des entrées de commandes. Résultat grevé par des charges exceptionnelles

For the business press
Munich, 28.07.2011

Au troisième trimestre de l’exercice 2011, Siemens enregistre une forte croissance. Les entrées de commandes progressent de 20 % en glissement annuel, et le chiffre d’affaires de 2 %. Ces taux de croissance tiennent compte des effets de change qui ont atténué la hausse des entrées de commandes et du chiffre d’affaires respectivement de 5 %. Le bénéfice des activités poursuivies est inférieur à celui enregistré l’an dernier à la même période. Ce recul est dû aux incidences négatives liées à la décision rendue par une cour d’arbitrage et à la situation de l’activité menée dans le domaine de l’hadronthérapie. « Au troisième trimestre, nous avons poursuivi notre croissance. Ainsi, nous sommes sur la bonne voie pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2011. Les entrées de commandes ont à nouveau fortement progressé, notamment grâce à la commande record enregistrée chez Mobility. Nous nous attachons à relever les défis auxquels notre activité opérationnelle est confrontée. Nos marchés sont certes solides, mais les risques vont plutôt grandissant dans l’environnement économique mondial actuel », a déclaré Peter Löscher, Président du Directoire et CEO de Siemens.

Au troisième trimestre, les entrées de commandes progressent de 20 %, à 22,9 milliards d’euros. Ce chiffre inclut notamment le contrat signé avec la Deutsche Bahn qui porte sur la fourniture de rames de la nouvelle génération de trains à grande vitesse ICx, pour un montant de 3,7 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires est en hausse de 2 %, à 17,8 milliards d’euros. Les incidences monétaires négatives, notamment aux Etats-Unis, en Inde et en Chine, ont grevé les taux de croissance à hauteur de 5 %, pour les entrées de commandes comme pour le chiffre d’affaires. Le rapport entre entrées de commandes et chiffre d’affaires (ratio book-to-bill) s’établit ainsi à 1,29 au troisième trimestre. Les entrées de commandes se sont hissées à un niveau record de 96 milliards d’euros, contre 92 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre de l’exercice 2011.

Le Secteur Industry a été le principal moteur de la croissance des entrées de commandes, avec une progression globale de 54 %, l’ensemble des Divisions affichant des chiffres à la hausse. Le chiffre d’affaires augmente quant à lui de 7 %. Les entrées de commandes du Secteur Energy se situent au niveau de l’exercice précédent, le chiffre d’affaires s’inscrivant en hausse de 5 %. Energy a bénéficié à nouveau de la forte progression de sa Division Fossil Power Generation. Dans un contexte économique difficile, les entrées de commandes du Secteur Healthcare sont en baisse de 7 %, le chiffre d’affaires de 9 %. Le chiffre d’affaires du Secteur a été grevé par le recul des produits dégagés sur les ventes réalisées dans le cadre de projets liés à l’hadronthérapie, à hauteur de près de 100 millions d’euros. Au troisième trimestre, Healthcare a procédé à un nouvel audit de l’exploitation commerciale de l’hadronthérapie pour le traitement général des patients. A l’avenir, le Secteur entend réorienter certains projets menés dans le domaine de l’hadronthérapie essentiellement sur les activités de recherche.

Au troisième trimestre, le résultat cumulé des Secteurs est de 1,1 milliard d’euros, contre 2,1 milliards d’euros sur la même période de l’exercice précédent. Ce recul s’explique par les incidences négatives du nouvel audit de rentabilité de l’activité commerciale dans le domaine de l’hadronthérapie, qui ont grevé le résultat de - 381 millions d’euros, et par la décision arbitrale rendue dans le litige avec Areva. En mai 2011, une cour arbitrale a statué sur les modalités de sortie de Siemens de la coentreprise Areva NP. En vertu de la décision rendue, Siemens a dû verser un montant de 648 millions d’euros, plus les intérêts, à la société Areva S.A. L’incidence sur le résultat avant impôts de la décision arbitrale est de - 682 millions d’euros au titre du troisième trimestre. La baisse du résultat cumulé des Secteurs a entraîné une diminution du bénéfice des activités poursuivies à 763 millions d’euros, contre 1,428 milliard d’euros l’exercice précédent sur la même période.

Les entrées de commandes, le chiffre d’affaires et le résultat des activités poursuivies dont il est fait état dans le présent communiqué n’incluent pas les chiffres d’Osram et de Siemens IT Solutions and Services. Ces deux entités sont classées parmi les activités abandonnées depuis le deuxième trimestre de l’exercice 2011. Les chiffres de l’exercice antérieur ont été corrigés en conséquence. Sur la période considérée, le résultat des activités abandonnées s’élève à – 262 millions d’euros. Affichant un chiffre d’affaires en légère hausse, Osram enregistre un résultat après impôts de 56 millions d’euros. En revanche, Siemens IT Solutions und Services accuse une perte après impôts de 305 millions d’euros. Le bénéfice après impôts de Siemens est de 501 millions d’euros, contre 1,4 milliard d’euro sur la même période de l’exercice précédent.

Pour l’exercice 2011, Siemens table sur une hausse organique significative des entrées de commandes dégagées par les activités poursuivies par rapport au chiffre enregistré en 2010 de 74,1 milliards d’euros. Fort d’un carnet de commandes déjà bien garni, Siemens mise sur une croissance organique moyenne à un chiffre du C.A. des activités poursuivies par rapport aux 69 milliards d’euros enregistrés lors de l’exercice 2010. Par ailleurs, Siemens estime que son bénéfice dégagé sur les activités poursuivies devrait atteindre au moins 7,5 milliards d’euros. Lors de l’exercice 2010, le bénéfice des activités poursuivies était de 4,3 milliards d’euros. Ces prévisions ne tiennent pas compte de l’impact négatif de la décision arbitrale déjà mentionnée, à raison de 472 millions d’euros après impôts, ni des incidences diverses liées à des procédures judiciaires ou administratives en instance.

_____________

Mention légale et exclusion de responsabilité relative aux prévisions et prospectives

Les entrées de commandes et le volume de commandes en portefeuille (carnet de commandes), le chiffre d’affaires et les entrées de commandes apurés des effets de change et des opérations de gestion de portefeuille, le rapport entre les commandes et la facturation (ratio book-to-bill), le résultat cumulé des Secteurs, la rentabilité des capitaux propres (Return on Equity – ROE), le rendement des capitaux engagés (Return on Capital Employed – ROCE), le ROCE (ajusté), le flux de trésorerie disponible (Free Cash Flow), le ratio de conversion en liquidités (Cash Conversion Rate – CCR), l’EBITDA ajusté, l’EBIT ajusté, les effets d’allocation du prix d’achat (effets PPA) ainsi que les coûts d’intégration, la dette nette et la dette industrielle nette ajustée sont des mesures de performance alternatives qui ne relèvent pas ou peuvent ne pas relever du référentiel comptable GAAP. Pour pouvoir évaluer la situation financière, le résultat et les flux financiers de l’entreprise, ces indicateurs financiers ne devraient pas être examinés isolément, comme une alternative aux états comptables et financiers établis selon les normes IFRS figurant dans les Comptes annuels consolidés. D’autres entreprises qui utilisent et font état d’indicateurs financiers alternatifs avec une désignation similaire peuvent avoir des formules de calcul différentes. Une définition de ces indicateurs financiers supplémentaires, une analyse des données comptables et financières IFRS comparables, des informations sur l’utilisation et les limites de l’utilisation de ces indicateurs ainsi qu’un rapprochement avec des données comptables et financières IFRS comparables figurent sur le site Siemens dédié aux relations avec les investisseurs, à l’adresse www.siemens.com/nonGAAP. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le formulaire 20-F au chapitre « Supplemental financial measures ». Le formulaire 20-F est disponible sur le site dédié aux relations avec les investisseurs de Siemens ou via le système d’information EDGAR sur le site de l’autorité américaine des marchés financiers (SEC).

Le présent document comporte des déclarations à caractère prospectif qui reposent sur des hypothèses et des estimations. Même si nous tenons ces prévisions pour réalistes, nous ne pouvons en garantir l’exactitude. Les hypothèses formulées comportent des risques et des incertitudes. En effet, nombreux sont les facteurs hors du contrôle de Siemens pouvant influer sur les activités, la stratégie, la réussite et les résultats de l’entreprise et aboutir à des performances effectives pouvant fortement diverger par rapport aux prévisions formulées de manière explicite ou implicite. Siemens est notamment exposé à l’évolution de son environnement macroéconomique qui peut avoir une incidence directe sur les processus, les clients et les fournisseurs. Ainsi, une évolution défavorable pourrait avoir une incidence négative sur l’évolution du chiffre d’affaires et sur le degré d’utilisation des capacités de l’entreprise. Etant donné la diversité de leurs activités, les secteurs opérationnels de Siemens ne sont pas également exposés à l’évolution de l’environnement économique ; des différences majeures peuvent survenir en fonction de la période d’occurrence et de l’ampleur des incidences de ces évolutions. Ces disparités sont encore accentuées par le fait que Siemens est une entreprise de dimension mondiale qui opère dans des pays affichant des taux de croissance conjoncturels très différents. Par ailleurs, les risques de report ou d’annulation de commandes de la part des clients mais aussi d’intensification de la pression baissière sur les prix en raison de l’évolution défavorable du marché font peser des incertitudes qui peuvent prendre des proportions supérieures à celles anticipées par le Directoire de Siemens ou faire augmenter les charges fonctionnelles qui ont été engagées en prévision d’une croissance qui n’a pas eu l’ampleur prévue. D’autres facteurs peuvent également entraîner des écarts par rapport aux prévisions de résultat formulées. Il s’agit notamment de l’évolution des marchés financiers, y compris les variations des taux de change (par rapport au dollar américain – USD) et des taux d’intérêt, l’évolution du cours des matières premières et du cours des actions, les écarts de taux de crédit (credit spreads) ainsi que l’évolution des placements financiers d’une manière générale. Des changements éventuels dans les taux d’intérêt ou dans d’autres hypothèses prospectives utilisées pour déterminer les engagements de retraite peuvent avoir une incidence sur la valeur actualisée nette des futurs droits à prestations au titre des plans de retraite au sein de Siemens ainsi que sur l’évolution prévisionnelle des actifs du fonds de pension, pouvant avoir une répercussion imprévue sur l’état de financement des plans de retraite et des engagements similaires. La volatilité croissante, voire une nouvelle chute des marchés financiers, la détérioration des conditions de financement et les incertitudes persistantes liées à la crise des crédits hypothécaires, des marchés financiers et des liquidités, ou encore les aléas qui pèsent sur les principales activités opérationnelles, peuvent avoir des répercussions sur le résultat de Siemens qu’il est impossible d’anticiper. Par ailleurs, Siemens est exposé à des risques et des incertitudes liés aux nouvelles orientations stratégiques, à l’évolution de ses participations et alliances stratégiques, aux défis liés à l’intégration des principales acquisitions, à la mise en place de coentreprises ou toute autre opération de gestion de portefeuille, au lancement de nouveaux produits ou de nouvelles technologies par la concurrence ou l’émergence de nouveaux concurrents, au changement de l’environnement concurrentiel (notamment sur les marchés de croissance), au rejet des nouveaux produits et services Siemens par les clients, aux changements de stratégie commerciale, à l’issue des enquêtes judiciaires ouvertes et autres procédures en cours ainsi qu’aux mesures afférentes, aux possibles incidences de ces enquêtes et procédures sur l’activité de Siemens, y compris dans nos relations avec les administrations publiques et d’autres clients, aux possibles répercussions de ces affaires sur les Comptes annuels de Siemens, ainsi qu’à divers autres facteurs. Des informations détaillées sur certains de ces facteurs sont fournies dans le présent Rapport annuel ainsi que dans les autres rapports remis par Siemens à l’autorité américaine des marchés financiers (SEC) que vous pouvez consulter sur le site Siemens à l’adresse www.siemens.com et sur le site de la SEC à l’adresse www.sec.gov. Si un ou plusieurs de ces risques ou incertitudes venaient à se réaliser, les résultats effectifs pourraient alors varier de manière significative par rapport aux prévisions de résultat formulées par anticipation, estimation ou projection sur l’avenir. Siemens n’a pas l’intention et ne s’engage nullement à mettre à jour ni à corriger ces prévisions.