Tools

Siemens FranceSiemens France

Site ExplorerSite Explorer
Close site explorer

Bilan contrasté pour le deuxième trimestre

For the business press
Munich, 02.05.2013

• Augmentation de 20 % des entrées de commandes grâce à des contrats importants
• Carnet de commandes à 101 milliards d’euros
• Recul de 7 % du chiffre d’affaires
• Augmentation du bénéfice après impôts à 1 milliard d’euros
• Progression du bénéfice par action de 1,03 à 1,20 euro
• Amélioration du flux de trésorerie disponible à près de 1,4 milliard d’euros
• Défis à relever dans le ferroviaire et le raccordement de sites éoliens offshore au réseau électrique
• Détermination dans la mise en œuvre du programme Siemens 2014

Le deuxième trimestre de l’exercice 2013 de Siemens se termine sur un bilan contrasté. Les entrées de commandes, le flux de trésorerie disponible (Free Cash Flow) et le bénéfice par action progressent sensiblement, alors que le chiffre d’affaires et le résultat cumulé des Secteurs accusent un recul, notamment en raison d’un environnement de marché toujours difficile. En outre, le résultat cumulé des Secteurs est à nouveau grevé par les charges qui ont été imputées en raison des retards de livraison des trains à grande vitesse et des difficultés de mise en œuvre des projets de raccordement au réseau des installations éoliennes en mer du Nord. « Le bilan du deuxième trimestre est contrasté. Si les entrées de commandes affichent une nette progression, l’évolution du chiffre d’affaires et du résultat nous place face à des défis de taille. Nous devons nous concentrer davantage encore sur les facteurs sur lesquels nous pouvons agir et mettons en œuvre avec détermination notre programme d’entreprise Siemens 2014 », a déclaré Peter Löscher, Président du Directoire de Siemens.

Au deuxième trimestre de l’exercice 2013, clos le 31 mars 2013, les entrées de commandes enregistrent, en glissement annuel, une nette progression de 20 %, à 21,5 milliards d’euros, grâce aux contrats de grande ampleur signés dans les secteurs de l’éolien offshore et du matériel ferroviaire. Le chiffre d’affaires recule quant à lui de 7 %, à 18,0 milliards d’euros. Le ratio entre les commandes et le chiffre d’affaires (ratio book-to-bill) s’établit à 1,19 au deuxième trimestre, le carnet de commandes cumulé des Secteurs clôturant à un total de 101 milliards d’euros.

Au deuxième trimestre, les entrées de commandes du Secteur Energy progressent de 46 %, à 8,5 milliards d’euros. La Division Wind Power, avec ses deux importants contrats offshore, a apporté une contribution significative à ce bon résultat. Le chiffre d’affaires du Secteur est en baisse de 9 %, à 6,3 milliards d’euros. Le Secteur Healthcare voit ses commandes progresser de 3 %, à 3,3 milliards d’euros, grâce à son activité d’imagerie médicale. Son chiffre d’affaires accuse un léger recul de 2 %, à 3,3 milliards d’euros. Les activités à cycle court du Secteur Industry sont particulièrement touchées par la conjoncture difficile. Le chiffre d’affaires du Secteur recule de 9 %, à 4,6 milliards d’euros, et les entrées de commandes de 10 %, également à 4,6 milliards d’euros. Le Secteur Infrastructure & Cities bénéficie de deux importantes commandes enregistrées en Autriche et en Allemagne par la Division Rail Systems. Les entrées de commandes du Secteur progressent de 34 % en glissement annuel, à 5,2 milliards d’euros. Son chiffre d’affaires baisse de 5 %, à 4,1 milliards d’euros.

Résultat

Le résultat trimestriel est certes impacté par la baisse du chiffre d’affaires, mais il est aussi grevé par des charges exceptionnelles. Ainsi, le programme d’entreprise Siemens 2014 a généré des charges à hauteur de 104 millions d’euros pour les Secteurs. Au total en glissement annuel, le résultat cumulé des Secteurs accuse un recul de 29 %, pour s’établir légèrement en deçà de 1,4 milliard d’euros. Le bénéfice des activités poursuivies reste pratiquement stable à 982 millions d’euros, notamment grâce à l’évolution positive enregistrée par NSN.

Le bénéfice après impôts progresse de 10 %, à près d’un milliard d’euros, grâce au résultat positif enregistré par les activités abandonnées. Le bénéfice par action avant dilution, qui passe de 1,03 euro à 1,20 euro en glissement annuel, bénéficie du programme de rachat d’actions propres mis en œuvre entre les deux périodes considérées. Le flux de trésorerie disponible (Free Cash Flow) dégagé par les activités poursuivies progresse de 532 millions d’euros, à près de 1,4 milliard d’euros.

Le résultat du Secteur Industry enregistre une baisse de 662 à 350 millions d’euros en raison d’un taux d’utilisation plus faible de ses capacités de production et d’un mix de chiffre d’affaires moins favorable. Le Secteur Infrastructure & Cities affiche un bénéfice de 27 millions d’euros, contre 270 millions à l’exercice précédent sur la même période. Les charges liées au retard de livraison du Velaro pour le réseau ferré allemand et du Velaro pour l’Eurostar ont grevé son résultat à hauteur de 161 millions d’euros.

Siemens 2014

L’entreprise a fait des progrès significatifs dans la mise en œuvre de son programme Siemens 2014. Au total, près de 20 000 mesures d’amélioration de la compétitivité et de l’efficacité de l’entreprise et de réduction des coûts ont été définies et en partie déjà mises en application.

Sur le volume d’économies prévu au programme, qui devrait se monter à au moins six milliards d’euros, le Secteur Energy doit apporter la plus forte contribution, à 3,3 milliards d’euros. Le Secteur Healthcare doit contribuer à hauteur de 0,8 milliard d’euros, le Secteur Industry à hauteur de 1,1 milliard d’euros, et Infrastructure & Cities à hauteur de 0,8 milliard d’euros.

Siemens continue par ailleurs de se concentrer davantage sur son cœur de métier, comme prévu. Après l’autorisation délivrée par les autorités de la concurrence, la reprise de la branche de signalisation ferroviaire et de contrôle de trains d’Invensys Rail est désormais finalisée. « Les premiers résultats de notre programme d’entreprise Siemens 2014 commencent à se faire sentir. Nous devons toutefois continuer de faire preuve de la même détermination et ne pas relâcher nos efforts », a déclaré Peter Löscher.

Perspectives

Siemens entend mettre en œuvre le programme d’entreprise Siemens 2014 au cours de l’exercice 2013. Ce programme contribue à la réalisation des objectifs définis dans la stratégie One Siemens, destinée à assurer une création de valeur durable dans l’entreprise. Ce programme vise ainsi à augmenter la marge opérationnelle cumulée des Secteurs à au moins 12 % d’ici l’exercice 2014.

Pour l’exercice 2013, Siemens maintient ses prévisions d’une croissance organique modérée de ses entrées de commandes. En raison des défis importants auxquels doivent faire face les activités dont les résultats sont fortement corrélés aux fluctuations à court terme de l’environnement économique, l’entreprise estime désormais que son chiffre d’affaires organique ne devrait enregistrer qu’un recul modéré par rapport à 2012. Dans le cadre du programme Siemens 2014, l’entreprise prévoit d’imputer des charges pour un total de 0,9 milliard d’euros sur l’ensemble de l’exercice. Compte tenu de ces évolutions et des résultats au premier semestre, Siemens estime que son bénéfice des activités poursuivies pour 2013 devrait avoisiner la limite basse des prévisions initialement avancées, qui étaient de 4,5 milliards d’euros.

Ces prévisions ne tiennent pas compte des éventuelles incidences que pourraient avoir des procédures judiciaires et administratives, ni des éventuelles mesures significatives de gestion de son portefeuille d’activités, dont Siemens estime qu’elles pourraient grever son résultat à hauteur de 0,5 milliard d’euros au maximum, notamment en raison des mesures liées à l’activité solaire.