Tools

Siemens FranceSiemens France

Site ExplorerSite Explorer
Close site explorer

Siemens clôt son exercice 2012 avec un chiffre d’affaires en hausse et un solide résultat

Recul des entrées de commande – Carnet de commandes à 98 milliards d’euros

For the business press
Berlin, 08.11.2012

Headline

Au titre de l’exercice 2012, Siemens enregistre une hausse de 7 % de son chiffre d’affaires et affiche un solide résultat.

Le bénéfice des activités poursuivies, de 5,2 milliards d’euros, est conforme aux attentes. Les entrées de commandes accusent un recul de 10 % en glissement annuel. « Grâce à un solide quatrième trimestre, nous pouvons nous prévaloir d’un exercice 2012 conforme à nos attentes et enregistrons l’un des meilleurs résultats de l’histoire de l’entreprise », a déclaré Peter Löscher, Président du Directoire de Siemens AG. « Toutefois, nous ne sommes pas toujours parvenus à améliorer nettement notre performance vis-à-vis de nos concurrents, comme ce fut le cas lors des exercices précédents. Pour nous remettre sur la voie qui nous permettra d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, nous avons lancé le programme d’entreprise “ Siemens 2014 ”. Ce programme vise à porter la marge opérationnelle cumulée des Secteurs à 12 % au moins. Nous savons ce que nous avons à faire, et nous entendons le faire. »

Au terme de l’exercice 2012, clos le 30 septembre 2012, les entrées de commandes accusent un recul de 10 % par rapport à l’exercice antérieur, passant de 85,2 milliards d’euros à 76,9 milliards d’euros, tandis que le chiffre d’affaires affiche une hausse de 7 % grâce à un carnet de commandes toujours aussi solide et à des incidences monétaires positives dans les quatre Secteurs, passant de 73,3 milliards d’euros à 78,3 milliards d’euros en glissement annuel. Le rapport entre les commandes et le chiffre d’affaires (ratio book-to-bill) s’établit à 0,98. Le carnet de commandes atteint 98 milliards d’euros.

Dans le Secteur Energy, les entrées de commandes reculent de 14 % en glissement annuel, à 26,9 milliards d’euros. Cette baisse s’explique notamment par un recul du volume d’affaires généré par les contrats de grande ampleur par rapport à 2011. Le chiffre d’affaires du Secteur enregistre en revanche une hausse de 12 %, à 27,5 milliards d’euros. Le Secteur Healthcare enregistre globalement en 2012 une évolution positive, comme en témoigne la hausse de ses entrées de commandes et de son chiffre d’affaires par rapport à l’exercice précédent. Les entrées de commandes progressent de 5 %, passant de 13,1 milliards d’euros en 2011 à 13,8 milliards d’euros en 2012, et le chiffre d’affaires de 9 %, passant de 12,5 milliards d’euros en 2011 à 13,6 milliards d’euros en 2012.

Le Secteur Industry enregistre 20,0 milliards d’euros d’entrées de commandes en 2012, contre 20,2 milliards en 2011. Son chiffre d’affaires augmente de 5 %, à 20,5 milliards d’euros. Les entrées de commandes du Secteur Infrastructure & Cities ont baissé de 20 %, à 17,2 milliards d’euros. Ce recul s’explique principalement par les grands contrats conclus l’an dernier dans le ferroviaire, notamment celui portant sur la fourniture de rames ICx, la plus grande commande dans l’histoire de l’entreprise. Toutes les autres Divisions du Secteur affichent une hausse de leur volume de commandes en glissement annuel.

Evolution du résultat

Malgré une évolution positive du chiffre d’affaires sur l’ensemble des Secteurs, le résultat cumulé des Secteurs accuse un recul, de 9,4 milliards d’euros en 2011 à 7,5 milliards d’euros en 2012. Le bénéfice des activités poursuivies diminue en glissement annuel, de 7,4 à 5,2 milliards d’euros, et le bénéfice après impôts recule de 27 %, à 4,6 milliards d’euros.

Tandis que le bénéfice du Secteur Healthcare enregistre une hausse de plus d’un tiers, à 1,8 milliard d’euros, le résultat des trois autres Secteurs s’inscrit à la baisse. Ainsi, le résultat du Secteur Energy passe de 4,2 milliards d’euros à 2,2 milliards d’euros en glissement annuel. Ce résultat a notamment été grevé par les charges enregistrées au titre de nos plateformes de transport d’énergie pour les éoliennes installées par l’entreprise en mer du Nord. Conformément aux règles comptables relatives à l’enregistrement des résultats dégagés sur les activités de projet, le Secteur a passé en charge 327 millions d’euros dans le cadre d’un réajustement du risque de crédit sur les activités avec l’Iran, opéré au quatrième trimestre. Le Secteur Industry voit son résultat passer à 2,5 milliards d’euros en 2012, contre 2,7 milliards d’euros en 2011. Le résultat du Secteur Infrastructure & Cities s’établit à 1,1 milliard d’euros, en léger recul par rapport à 2011.

Programme d’entreprise

Même si Siemens enregistre en 2012 l’un des meilleurs résultats de son histoire, l’activité de l’entreprise est en retrait par rapport aux objectifs ambitieux qui ont été définis dans la stratégie One Siemens. Dans le cadre d’un programme sur deux ans baptisé « Siemens 2014 », l’entreprise entend réduire ses coûts de six milliards d’euros, améliorer sa compétitivité, gagner en rapidité et alléger ses processus internes, l’objectif étant de faire passer la marge opérationnelle des Secteurs de 9,5 % en 2012 à 12 % au moins d’ici 2014.

Dividende

Les objectifs communiqués en milieu d’année pour l’exercice 2012 ont été atteints. A ce titre, le Conseil de surveillance et le Directoire entendent soumettre à l’approbation de la prochaine Assemblée générale, en janvier 2013, une proposition de versement de dividendes de 3,00 euros par action, comme l’année dernière. En outre, les actionnaires de Siemens bénéficient également du rachat d’actions propres par l’entreprise dans le cadre d’un programme portant sur près de 2,9 milliards d’euros, qui a été mis en œuvre sur ces derniers mois et qui s’est achevé hier. A l’avenir, Siemens vise un taux de distribution lié au versement de dividendes et au rachat éventuel d’actions propres de 40 % à 60 %.

Perspectives

Au cours de l’exercice 2013, Siemens commencera à mettre en œuvre son programme d’entreprise « Siemens 2014 ». Ce programme vient étayer la stratégie One Siemens axée sur la création de valeur durable. L’objectif du programme est de faire passer la marge opérationnelle cumulée des Secteurs à 12 % minimum d’ici 2014.

Au cours de la première année de mise en œuvre du programme, l’entreprise table sur une croissance organique modérée des entrées de commande et du chiffre d’affaires, qui devrait avoisiner le niveau atteint lors de l’exercice 2012. En intégrant les incidences de l’application rétroactive de la norme comptable révisée IAS 19, Siemens anticipe un bénéfice au titre de ses activités poursuivies qui devrait se situer entre 4,5 et 5,0 milliards d’euros. Ce résultat inclut des charges imputables aux mesures de gain de productivité mises en œuvre dans les Secteurs dans le cadre du programme, pour un montant total d’environ 1,0 milliard d’euros. L’entreprise estime que les bénéfices liés à ces mesures de gain de productivité devraient porter leurs fruits lors de l’exercice 2014.

Ces prévisions reposent sur un certain nombre d’hypothèses, notamment quant à l’évolution du chiffre d’affaires dans les activités particulièrement sensibles aux fluctuations conjoncturelles à court terme. En outre, ces prévisions ne prennent pas en considération les éventuelles incidences que pourraient avoir des procédures judiciaires et réglementaires, ou encore des mesures majeures de gestion de portefeuille d’activités.