Scénario 2020 : invisibles révolutions

Octobre 2020. Des professionnels du secteur hôtelier affluent du monde entier pour admirer les nombreuses innovations d’un tout nouvel hôtel de luxe. Entre autres particularités, cet établissement jouit d’une quasi-autosuffisance énergétique grâce, notamment, à de nouveaux matériaux.


Quelle chaleur… À croire que le temps s’est mis, comme cet hôtel, à l’heure de la Rome antique. Oups, je vais encore être en retard ! En tant que directeur d’hôtel, j’ai eu la chance d’être convié à une séance d’information organisée par la direction de ce nouvel établissement. J’espère vraiment y trouver des idées pour rénover mes propres locaux et surtout réduire leur consommation d’énergie. M’y voilà… Impressionnant ! Le bâtiment scintille sous le soleil. Et ces reflets irisés ! Rouge, violet, bleu… « Mesdames et messieurs, je vous souhaite la bienvenue dans notre nouvel hôtel High-tech Retro ! C’est moi qui vais avoir l’honneur de vous présenter en détail ce petit bijou », annonce avec fierté la directrice.

On dirait qu’il y en a pour un moment… « Mais d’abord, nous aimerions vous offrir un rafraîchissement. » Pas mal, ce jus glacé servi dans des coupes d’inspiration romaine. Mais…Que font-ils ? Je ne vais tout de même pas porter cette toge ! « Ici, tout est en harmonie avec notre thème ! N’hésitez pas à essayer ces uniformes ! Ils ont été fabriqués par l’un de nos partenaires. Des accumulateurs d’énergie flexibles intégrés alimentent des LED enchâssées dans le tissu. De plus, des OLED remplacent les badges », explique la directrice.

« À présent, veuillez me suivre ! La façade de notre hôtel va vous surprendre. La peinture renferme des nanoparticules métalliques qui jouent le rôle de système de climatisation en ne laissant passer le rayonnement solaire que lorsque la température intérieure du bâtiment est insuffisante. Si la température extérieure passe en dessous de 23 °C, les nanoparticules s’enferment dans une sorte d’enveloppe protectrice et laissent entrer la chaleur. Au-dessus de 23 °C, les propriétés de l’enveloppe changent, “libérant” les nanoparticules, qui font alors de nouveau écran au rayonnement solaire. Lorsqu’il fait très chaud, comme aujourd’hui, elles constituent un véritable isolant », expose la directrice. C’est fou, ce que permet la nanotechnologie de nos jours… Mes collègues semblent, eux aussi, très impressionnés.

« Et la façade, qu’en dites-vous ? Notre hôtel change de couleur en fonction de la luminosité et de la température. La peinture est également composée de nanoparticules hydrofuges et anti-salissures ». Voilà qui va donner du fil à retordre aux tagueurs !

« Là-haut, sur le toit, vous apercevez l’installation solaire que nous utilisons pour l’eau chaude. Nous avons également fait poser des couches de cellules photovoltaïques de dernière génération, qui exploitent de façon optimale le rayonnement solaire. Elles alimentent nos murs lumineux, qui présentent des sculptures, des temples et des scènes de la vie quotidienne romaine en 3D. Nous profitons également de l’électricité fournie par les installations éoliennes et géothermiques proches d’ici - nous privilégions les énergies renouvelables. Nous pouvons être fiers de notre bilan de CO2 puisque, loin de devoir acheter des quotas, nous sommes même en mesure d’en vendre. À propos d’électricité, si vous avez encore un peu de temps après cette présentation, je vous encourage à aller visiter la centrale à cycle combiné située tout près d’ici. En tant qu’amatrice d’art, je trouve son architecture remarquable. Et si vous êtes plutôt féru de technique, vous ne serez pas en reste ! Demandez donc aux techniciens de vous initier aux secrets des nanocouches ».

« Dirigeons-nous maintenant vers le hall ». Un véritable ballet de lumières s’anime devant nous. J’ose à peine imaginer la consommation d’électricité… « Nous avons mis en oeuvre un système d’éclairage sophistiqué et très économique : ampoules à économie d’énergie, LED, capteurs et systèmes électroniques nous ont permis de réduire notre consommation de près de 80 %. Les chambres et couloirs sont équipés de détecteurs de mouvement. De plus, pour bénéficier d’un éclairage naturel et économiser l’énergie, nous associons lumière naturelle et lumière artificielle. Par ailleurs, les clients qui souffrent du décalage horaire - et ils sont nombreux, par les temps qui courent – peuvent profiter des thermes romains et de leurs douches de lumière ». Doux clapotis, éclairage tamisé, carafes de vin, huiles odorantes, massages… Oups ! J’ai bien failli faire un plongeon dans cette fontaine ! D’étranges vibrations me chatouillent la plante des pieds. La directrice me sourit. « Vous avez de la chance ! Le sol est équipé de capteurs qui déclenchent des vibrations lorsqu’une personne s’approche trop près de la “fontaine de Jouvence”, comme nous l’appelons ». Nous marchons sur un magnifique sol en mosaïque de l’Antiquité. « La mosaïque et le mobilier du hall sont recouverts d’une couche anti-salissures nanoscopique. En outre, le comptoir de la réception et les meubles des chambres sont tous en bioplastiques », indique la directrice. « Difficile de croire que cette chaise de style antique est en amidon ou en sucre, n’est-ce pas ? Étant donné que le thème - et donc le mobilier intérieur - de l’hôtel change une à deux fois par an, nous nous intéressons de très près aux matériaux écologiques. Aucune matière première fossile n’intervient dans la fabrication des meubles, dont l’élimination ne génère pas plus d’émissions de CO2 que la quantité absorbée, de leur vivant, par les plantes dont ils proviennent. Et leurs déchets ne sont pas toxiques… Un moment, s’il vous plaît, je reçois à l’instant un message urgent de la part de notre service de sécurité. La voiture à portes papillon immatriculée M-UZ- 2000 appartient-elle à l’un d’entre vous ? »

C’est la mienne ! « Il semblerait qu’un autre véhicule l’ait heurtée en se garant, mais ça n’a pas l’air trop grave. » Cette voiture n’a que trois mois ! Je m’absente pour constater les dégâts. Heureusement, ce n’est qu’une petite éraflure. Inutile de passer au garage : dans quelques heures, la peinture à nanoparticules se sera régénérée et il n’y paraîtra plus. Bref… Rejoignons le groupe, cette visite est passionnante.

« Pour terminer, je souhaite vous montrer notre accès par voie ferrée. Nous avons parrainé la construction d’un réseau de trains urbains écologique et aujourd’hui, nous participons à ses frais d’exploitation. Ce système, qui a récemment reçu un prix d’écologie, est composé de trains équipés de moteurs électriques et de condensateurs double couche, les « Supercaps ». Les moteurs font office de générateurs : ils récupèrent l’énergie dégagée lors du freinage, la stockent dans les Supercaps, puis la réutilisent pour accélérer ».

« Cette technologie diminue d’un quart la consommation d’énergie. Je vous aurais volontiers montré nos chambres, pour lesquelles nous nous sommes vu remettre un prix de design, mais l’hôtel est complet. En guise de compensation, nous vous offrons les toges romaines, ainsi qu’un bon pour une nuit dans notre établissement ! Je serais très heureuse de pouvoir vous accueillir de nouveau l’année prochaine. Le thème sera “À la cour du Roi Soleil” », conclut notre charmante hôtesse. J’ai trouvé ici des idées très intéressantes pour mon hôtel. Peut-être devrais-je, moi aussi, choisir des thèmes… Pourquoi pas « À la cour de Néfertiti » ou « Perdus dans l’espace » ?

________________________________

Auteur : Ulrike Zechbauer