L’efficacité énergétique : un beau calcul !

Les produits énergétiquement efficaces doivent contribuer à découpler consommation énergétique et croissance économique. En 2005, le marché mondial des produits et solutions à efficacité énergétique représentait un volume d’affaires de 450 milliards d’euros. En 2020, il pourrait atteindre près de 900 milliards d’euros, selon une estimation du cabinet de conseil Roland Berger.

Même si les effets de la crise économique n’ont pas été pris en compte dans cette étude, les nombreux plans de relance misant sur les technologies vertes sont de bon augure pour le secteur. Prenons l’exemple des moteurs à économie d’énergie. Selon l’Institut allemand du cuivre, en remplaçant un moteur standard de 30 kW par un moteur à haut rendement pour entraîner à pleine charge une pompe à eau de refroidissement pendant 8 000 heures par an, on réalise une économie annuelle de 405 euros. Le coût d’acquisition, qui s’élève à 1 650 euros pour un moteur à économie d’énergie (contre 1 300 euros pour un moteur standard), est ainsi amorti en seulement 9,5 mois.
Associés par exemple à des convertisseurs de fréquence, les moteurs à économie d’énergie contribuent à réduire la consommation électrique des systèmes de pompage, représentant d’après la Commission européenne près de 4 % de la consommation énergétique mondiale. L’Inde est à ce titre un marché important car le recours aux pompes et compresseurs dans le bâtiment, les infrastructures, l’agriculture et l’industrie de transformation y connaît un véritable essor. D’après l’Association indienne des fabricants de pompes (IPMA), ce marché générait près de 1,8 milliard d’euros en 2006, pour une croissance annuelle comprise entre 12 et 15 % depuis 2003.

Les Etats-Unis sont également un marché à fort potentiel. L’Association américaine pour l’énergie solaire (ASES) estime que le marché des appareils ménagers, lampes, installations informatiques et bâtiments (fenêtres et portes comprises) à haute efficacité énergétique totalisait un volume d’affaires de 160 milliards de dollars en 2006 et devrait pratiquement doubler d’ici 2030. Les bâtiments à haute efficacité énergétique en sont les principaux moteurs de croissance mais les lampes à économie d’énergie – des lampes à décharge haute pression aux LED – sont également très demandées.
En Allemagne aussi, l’efficacité énergétique est un investissement payant. L’isolation du plafond de la cave d’une maison individuelle coûte 2 000 euros mais permet d’économiser 150 euros par an sur les dépenses de chauffage. Avec une subvention publique, cet investissement s’amortit en 10 ans, voire moins, si les prix du pétrole et du gaz augmentent. Un réfrigérateur A++ coûte effectivement 50 euros de plus à l’achat qu’un appareil moins efficace mais permet une économie de 11 euros par an. Quant à l’éclairage, la différence de prix entre une ampoule à économie d’énergie et une ampoule à incandescence s’amortit au bout de 240 heures de fonctionnement seulement. L’UE s’apprête ainsi à interdire la vente de ces dernières. En Europe, il y a actuellement 3,7 milliards d’ampoules classiques en cours d’utilisation, contre seulement 500 millions d’ampoules basse consommation.

____________________

Auteur : Sylvia Trage