Les nouveaux chevaliers du ciel

2050. Le gérant d’une florissante chaîne de centres de soins et de remise en forme pour séniors propose à ses clients des séances de voltige aérienne. Mais quel est le secret de ce fringant octogénaire ? Les anciens font preuve aujourd’hui d’une étonnante vitalité. Certes, les progrès de la médecine ont permis l’éradication des maladies les plus courantes liées au vieillissement et le développement des sciences et techniques ont grandement simplifié la vie des séniors.

Il s’agit d’une expérience unique, du rêve ultime. Il suffit de fermer les yeux, de faire un pas, et vous y êtes, évoluant dans le ciel en toute liberté. Les micro-surfaces ultrasensibles de vos ailes réagissent à la moindre fluctuation du vent, dont elles absorbent l’énergie avec leurs longs cils, tandis que le simple mouvement de vos épaules et la pression de vos doigts sur la sphère de commande suffisent pour vous déplacer avec grâce et agilité dans l’immensité bleue.

chavaliers du ciel

Je pourrais me contenter de pratiquer ces excursions de haut vol seul ou avec des amis, mais je trouve ça tellement stimulant de pouvoir en faire profiter ceux qui affichent les meilleurs scores de forme dans mes centres de fitness.

On me demande parfois ce que j’attends pour vendre ma société et prendre ma retraite. Certes, j’aurais pu passer la main il y a 10 ans, mais à quoi bon ? À tout juste 80 ans, je me porte comme un charme ! J’apprécie ma vie de célibataire endurci et j’adore mon travail.

Les affaires ont toujours très bien marché. Les spécialistes avaient annoncé de longue date une augmentation de la demande de services à la personne, notamment auprès des séniors – la population affichant la croissance la plus rapide. C’est ainsi qu’à 40 ans, j’ai décidé d’étendre mon cabinet de médecine du sport et d’orthopédie pour pouvoir ouvrir un club de remise en forme, baptisé « Perfect Fit ». La formule a eu un tel succès que j’ai rapidement mis en place un système de franchise. Depuis, des salles de sport ont poussé un peu partout. Les nouveaux adhérents se soumettent tout d’abord à un bilan de santé physique, psychologique et émotionnelle, avec des examens par résonance magnétique (IRM). Ils bénéficient ensuite d’un programme personnalisé de thérapie holistique, portant sur leur activité physique, leur alimentation, leur sommeil et leur mode de vie, qui fait l’objet d’un suivi régulier.

Autrefois, nombre de mes clients estimaient avoir de la chance lorsqu’ils parvenaient à se hisser au niveau 3 ou 4 dans notre barème de remise en forme, sur une échelle qui en compte 10. Mais les chiffres ont progressivement augmenté au fil des ans. Ceux qui sont nés dans les années 1980 et après ont bénéficié de toute une série d’innovations technologiques qui ont contribué à améliorer l’environnement de travail, le logement, les moyens de transport, mais aussi les soins médicaux.

Les accidents domestiques et routiers, par exemple, provoquaient autrefois des blessures par millions tous les ans, mais aussi de nombreux décès. Désormais, grâce aux exosquelettes personnalisés, notamment, nous sommes de plus en plus nombreux à atteindre l’âge de la retraite en bonne santé. Pour éviter toute déchirure musculaire ou lombalgie, il suffit aux personnes ayant à déplacer des encombrants, que ce soit à la maison ou sur leur lieu de travail, d’enfiler une combinaison robotique qui amplifie de 10 à 20 fois leur puissance.

L’isolement social a également été rompu grâce à des androïdes confondant de réalisme, d’une patience à toute épreuve, et aux bioloïdes de compagnie, qui réagissent émotionnellement aux attentes de leur maître.

Les voitures qui encombraient inutilement les garages et les rues et qui étaient à l’origine d’un nombre incroyable d’accidents un peu partout dans le monde sont sans conteste devenues les robots les plus précieux. Elles évoluent de manière autonome sur des réseaux à trafic optimisé éliminant tout risque de collision, transportent les personnes âgées sans danger, quelles que soient les conditions météorologiques ou de luminosité, et se chargent d’une multitude de tâches logistiques, qu’il s’agisse de faire des courses ou de récupérer des amis à l’arrêt de métro le plus proche. De plus, dès que leur propriétaire n’a plus besoin de leurs services, elles basculent automatiquement en mode « location ».

Côté santé, tout a changé. En 2010, au moins 60 % des personnes de plus de 63 ans souffraient de fibrillation auriculaire, l’une des principales causes d’AVC et d’insuffisance cardiaque. Dix ans plus tard, les chiffres avaient chuté en raison de l’introduction de systèmes de dépistage précoce, des avancées de l’imagerie médicale et des innovations permettant de visualiser les régions du cœur responsables des arythmies et d’ablater ces dernières via de minuscules cathéters. Les problèmes liés aux valves cardiaques et les anévrismes – deux autres causes de maladie et de mortalité chez les plus de 60 ans – ont en grande partie été éliminés par la mise en place assistée par imagerie de valves artificielles et de stents. Les simulations de la dynamique du flux sanguin dans différentes conditions ont par ailleurs optimisé le choix et l’implantation de ces dispositifs par les médecins.

De nombreuses autres affections sérieuses (cancer, hypertension, diabète…) ont peu à peu décliné avec l’apparition des capteurs sans fil personnalisables, injectés aux patients en fonction de leurs prédispositions génétiques. Ces capteurs identifient les signes précurseurs des différentes maladies, garantissant un traitement précoce.

L’un des pires fléaux de ces 50 dernières années a sans doute été la maladie d’Alzheimer. Beaucoup de mes amis et de mes patients ont été touchés. Il a fallu attendre 2025, je crois, pour que les premiers médicaments efficaces soient disponibles, mais près de 50 millions de personnes y avaient déjà succombé dans le monde. Dix ans plus tard, la majorité des cas étaient diagnostiqués par dépistage génétique et traités avant la manifestation des premiers symptômes. À l’heure actuelle, cette maladie est complètement éradiquée.

Quant aux troubles psychologiques, notamment la dépression, si fréquente à l’époque, mais également les dépendances et les comportements obsessionnels compulsifs ou les phobies (dont la peur de prendre l’avion !), la solution est venue non pas des médicaments mais de l’imagerie médicale. Aujourd’hui, on peut obtenir une représentation de son état général grâce à la résonance magnétique et apprendre à le contrôler grâce à des informations transmises en temps réel. Bon nombre de mes clients qui n’imaginaient pas pouvoir un jour flotter dans les airs en ont bénéficié.

__________

Auteur : Arthur F. Pease