Récolter les fruits du désert

Le Proche-Orient est une région idéale pour capter l’énergie du soleil, grâce à des technologies prometteuses comme le thermosolaire ou le photovoltaïque. Siemens, qui détient une participation de 40 % dans le capital d’Arava Power, l’un des principaux spécialistes du solaire de la région, construit en Israël les premières centrales du désert.

panneaux solaires

Des panneaux solaires et – à bonne distance pour ne pas leur faire d’ombre – de grands palmiers-dattiers : le kibboutz Ketura, dans le sud d’Israël, entend non seulement produire des fruits, mais aussi de l’électricité à partir de l’énergie du soleil. Avec l’aide de Siemens, une installation photovoltaïque de 5 MW doit être construite d’ici fin 2010 sur ce sol désertique aride. Elle sera la première centrale photovoltaïque commerciale d’Israël, un pays qui prouve qu’avec peu de ressources naturelles, on peut créer de la croissance en investissant dans des technologies de pointe. Cette nouvelle centrale, dont la capacité de production doit être amenée à 40 MW, sera bientôt reliée à la station balnéaire d’Eilat, dans le sud du pays, par une ligne à haute tension.

Ici, dans l’Arabah, région désertique située entre la mer Rouge et la mer Morte, les conditions d’ensoleillement sont idéales, avec une moyenne de 2 200 heures de soleil par an, soit presqu’autant que dans le Sahara. Par comparaison, l’Allemagne ne bénéficie que d’environ 1 600 heures de soleil par an.


panneaux solaires

Tirer le meilleur parti de l’énergie solaire

La région administrative dans laquelle se trouve l’Arabah représente 13 % de la surface totale du pays mais ne compte que 3 000 habitants. Nombre d’entre eux vivent dans des kibboutz, ces communautés au modèle économique inspiré du collectivisme socialiste, qui n’ont pourtant pas échappé aux récentes mutations sociales : certains d’entre eux sont devenus de véritables entreprises minutieusement gérées et très rentables, qui investissent dans les secteurs de demain. Ed Hofland, Chairman d’Arava Power et membre du kibboutz Ketura, explique que son entreprise a convaincu 15 autres kibboutz de s’associer avec elle pour profiter des avantages et des opportunités économiques de l’énergie solaire. Ils loueront des parcelles à Arava Power pour que l’entreprise y installe des panneaux photovoltaïques.

Créée en 2006, l’entreprise Arava Power appartient à Global Sun Partners, au kibboutz Ketura, à Siemens (qui détient 40 %) et à d’autres investisseurs réunis autour de Yosef Abramowitz, Président d’Arava Power. Ce réseau de centrales solaires sera non seulement rentable pour toutes les parties prenantes, mais aidera aussi le pays à couvrir ses besoins croissants en électricité. La diversification du bouquet énergétique grâce aux sources renouvelables contribuera aussi à sécuriser l’approvisionnement en électricité dans cette région fragile. En 2008, les besoins électriques d’Israël étaient encore couverts à 99 % par des sources d’énergie fossiles. Le pays espère satisfaire environ 10 % de ses besoins en électricité grâce aux énergies renouvelables d’ici 2020.

Des solutions clés en main

En décembre 2009, le pays a adopté une législation qui instaure un prix de rachat incitatif. Dès fin 2010, Ketura espère injecter son électricité au réseau israélien. Hormis les panneaux solaires fournis par China’s Suntech, la quasi-totalité des composants de la première centrale provient de chez Siemens. En tant que maître d’oeuvre du projet, Siemens prend en charge sa gestion, de la conception jusqu’à l’exploitation clés en main dans le cadre d’un contrat de performance énergétique, qui garantit la rentabilité de l’installation sur l’ensemble de son cycle de vie.

L’investissement de Siemens dans Arava Power, qui s’élève à 15 millions de dollars, estgéré par la société en participation Siemens Project Ventures. « Il s’agit de l’investissement étranger le plus important jamais réalisé dans une société israélienne spécialisée dans l’énergie solaire », explique Johannes Schmidt, CEO de l’entité Equity Investments & Project Finance de Siemens Financial Services.

Pour Mike Green, ingénieur électricien en chef d’Arava Power, ce projet présente de grands avantages pour l’environnement. Située à environ 50 km au sud du kibboutz, la station balnéaire d’Eilat a besoin d’environ 200 MW d’électricité, qui provient aujourd’hui essentiellement du nord du pays. A l’avenir, une part croissante de ces besoins pourrait être couverte par cette énergie venue du désert. « Je suis fier d’être un pionnier de l’énergie verte en Israël », affirme Mike Green. « Mon grand espoir est que ce soit le début d’un brillant avenir pour les énergies renouvelables en Israël. »

__________

Auteur : Andreas Kleinschmidt