Chronologie de Siemens en France

Du modeste atelier berlinois créé en 1847 à la multinationale, peu d’entreprises internationales peuvent se prévaloir d’une aussi longue histoire. En France, Siemens est présent depuis plus de 165 ans : découvrez l’histoire du groupe Siemens dans l’Hexagone.

Création et expansion (1847 – 1878)

Werner von Siemens

1847
Fondation de la société « Telegraphen Bau-Anstalt von Siemens & Halske » à Berlin

Pour comprendre l’histoire de Siemens en France, il est utile de revenir sur sa création à Berlin. Le 12 octobre 1847, Werner von Siemens et son ami Johann Georg Halske ouvrent un petit atelier au numéro 19 de la Schöneberg Strasse à Berlin.  Werner von Siemens espère pouvoir y fabriquer son invention qui vient tout juste d’être brevetée : le télégraphe à index électrique. A la fin de l’année, le petit atelier berlinois de Siemens & Halske compte déjà 10 salariés et se démarque par ses activités novatrices.


Télégraphe à Index

1850
Les premiers pas de Siemens en France

Le 3 mars 1850, Werner von Siemens dépose à Paris un premier brevet pour l’exploitation du télégraphe à index. Un an plus tard, il présente son mémoire sur la télégraphie électrique à l’Académie des Sciences de Paris. Il suscite alors l’admiration de tous pour ses recherches. Cependant, ses entretiens avec Louis Bréguet, le fournisseur des services télégraphiques de l’Etat français, restent vains.


Fondation Siemens Frères

1878
Fondation à Paris de la société « Siemens Frères-Ingénieurs Electriciens »

Au cours de l’été 1878, le premier bureau parisien est donc créé sous le nom de « Siemens Frères – ingénieurs électriciens ».  Il est d’abord installé au 11, rue de Châteaudun, puis déménage très vite à Passy, au 8 de la rue Picot (aujourd’hui avenue du Bois deBoulogne). Les ateliers fabriquent principalement des machines et appareils destinés à l’éclairage électrique suivant le procédé Siemens (dynamos électriques).

Premiers succès commerciaux (1879 – 1918)

Brevet Dynamo électrique

1879
Brevet Dynamo Electrique

Le 5 juillet, MM. Siemens & Halske déposent en France le brevet d’exploitation pour la dynamo électrique


Tramway Siemens présente à l'exposition internationale d'électricité

1881
Présentation du tramway Siemens à l’Exposition Internationale d’Electricité à Paris

Les visiteurs y découvrent le savoir-faire de Siemens en matière de transport électrique. Le petit tramway Siemens à prise de courant aérienne suscite en effet l’attention de tous. Mise en service le 1er août, la ligne relie la place de la Concorde au Palais de l’Industrie où se déroule l’événement. Le véhicule parcourt le trajet à la vitesse de 15 Km/h.


SACM

1889
Création de la Société Alsacienne de Constructions Mécaniques

Cette société est créée le 22 janvier grâce au partenariat entre Siemens & Halske et la société alsacienne « Elsässische Maschinenbau-Gesellschaft » de Mulhouse. Son siège est à l’usine-câblerie de Belfort où arrivent d’Allemagne les appareils électriques qui peuvent aussi y êtres montés, deux autres usines existent à Mulhouse et Graffenstaden. Les accords sont reconduits jusqu’en 1914.


Partenariat Rousselle Tournaire

1900
Partenariat avec Rousselle & Tournaire
Dirigée par Charles Rousselle & Tournaire (ingénieurs-constructeurs), l’entreprise est spécialisée dans la téléphonie, la télégraphie, les signaux, les appareils de mesure et le petit appareillage électrique, secteurs importants de l’activité Siemens. Celle-ci concède à Siemens la vente des appareils et articles pour les applications courantes de faible intensité : mesure électrique, compteurs, appareils télégraphiques et téléphoniques, douilles, etc.


Compagnie générale d'électricité

1908 
Prise de contrôle de la Compagnie Générale d’Electricité

En mars 1904, le Directeur de la Société Alsacienne de Constructions Mécaniques s’adresse à Werner von Siemens : il l’informe que la concurrence de la Compagnie Générale d’Electricité de Creil (C.G.E.) devient insupportable et qu’elle aboutit à un affaiblissement général du marché. Il semble qu’il n’y ait qu’une solution : la reprise de Creil par Siemens. En 1908, Siemens prend le contrôle complet de cette société.


1914-1918
Les conséquences de la première guerre mondiale

La première guerre mondiale stoppe net les investissements et les espoirs de réussite en France. Les activités de Siemens Frères émigrent vers la Suisse. Au sortir de la guerre, les suites du conflit ne sont pas favorables au maintien des intérêts de Siemens en France. Quelques anciens ingénieurs de l’usine de Creil, recontactés en 1919, apportent leur concours à leur employeur d’avant-guerre, notamment Paul-Louis Dufour. C’est ce dernier qui, en 1920, va être à l’origine du redémarrage en France des activités de Siemens.

Croissance et création de nouvelles activités (1920 – 1939)

Locaux Siemens Rue de Surène

1920 Redémarrage des activités rue de Surène, à Paris
Création du Bureau Electrotechnique Industriel. Paul-Louis Dufour devient le représentant officiel pour la France des usines Siemens-Schuckert.


Fondation Siam Siemens

1925 Les débuts de l’activité médicale de Siemens en France
Pionnier du médical en Allemagne, Siemens lance sa filiale française sur ce marché. En décembre 1925, Siemens crée la Société Industrielle d’Appareils Médicaux (SIAM). Son premier président est Paul-Louis Dufour. Les affaires marchent bien et en 1935, un local commercial sera ouvert. A l’époque déjà, Siemens commercialise de nombreux appareils médicaux tels que l’appareil de radiographie HELIODOR.


Création de Siemens France SA à Paris

1927 Création de Siemens France SA
Le 16 mars, Maître André Prudhomme, notaire à Paris, reçoit les statuts d’une nouvelle société (17 rue de Surène), fondée par Paul-Louis Dufour, et qui prend le nom de «Siemens France SA », au capital de 500 000 francs. Le premier président de Siemens France SA est un militaire français, le Général Gaucher. Son objet : «  la fabrication, l’achat et la vente de tous les produits, en particulier dans le domaine de l’électricité ». En 1928, le premier bureau Siemens est ouvert à Lille.


Appareils Protos

1929 Fondation d’Electro-Domestique Protos
Les premiers appareils ménagers Siemens sont commercialisés sous la marque “Protos“, qui est aussi le nom de la seule automobile jamais produite par la maison. Le milieu des années 1920 voit l’invention du “tube de cuisson“ : la cuisinière était née ! En 1930, sur le stand Siemens du Salon des Arts Ménagers de Paris, apparaît la machine à laver Protos entièrement automatique. Aspirateurs, machines à laver, cafetières, grille-pain, fers à repasser : Siemens développe petit à petit toute une gamme d’électroménager. 


Ligne de câble Siemens Paris-Bordeaux

1929 Première ligne de câble à grande distance
La construction de la première ligne de câble à grande distance, entre Paris, Tours et Bordeaux (563 km) s’achève. Débutée en 1927, cette opération de grande ampleur est l’une des plus marquantes de l’entre-deux guerres.


Siemens France CCGT

1935 Siemens France SA absorbe la CGTT
Au début de 1935, la CGTT (Compagnie Générale de Télégraphie et de Téléphonie) créée en 1911, fournisseur des PTT depuis cette époque et exploitant depuis 1927 les brevets de téléphonie Siemens & Halske, est absorbée par Siemens France. Elle prend alors son nom et est installée dans les bureaux de la rue de Surène.


Siemens Phonophore Audiologie

1937 Création de Siemens Phonophore SARL (appareils auditifs)
Avec la création de cette société ainsi qu’Electro-Domestique Protos ou encore les activités de téléphonie et d’électricité, la période des années 1930 jette les bases de ce que vont être les métiers et l‘image de Siemens dans les décennies à venir. Mais, entre-temps, la guerre se profile à l’horizon.


Logo Siemens France

1939-1944
Mise sous séquestre de Siemens France
A la déclaration de guerre, en août 1939, l’entreprise Siemens est mise sous séquestre et le reste jusqu’en juillet 1940.25 août 1944 : Paris est libéré. Les relations entre Siemens France et le siège du Groupe en Allemagne sont interrompues. En novembre, l’avancée des troupes alliées a pour conséquence la fermeture des agences Siemens de Strasbourg et de Metz dont les activités avaient repris depuis. 1er septembre : nouvelle mise sous séquestre de Siemens France SA. La gestion de la société est transmise au service des Domaines.

Un nouveau départ pour Siemens France (1947 – 1956)

Samering Siemens Marcel Frange

1947-1948
L’homme providentiel, Marcel Frange
A l’automne 1947 apparaît alors l’homme qui va relancer en France l’aventure Siemens. A la tête de la SAMERING, Marcel Frange vend en 15 jours près de 5 000 aspirateurs achetés à un représentant des intérêts de Siemens pour la France. Il devient très rapidement lui-même un représentant de Siemens en France. Il rencontre en juillet 1948 les dirigeants de Siemens à Erlangen (Allemagne) et signe un « accord préliminaire » valant contrat officiel de représentation par SAMERING de Siemens.


1949
Reprise des activités de Siemens en France
Les premiers accords de représentation sont signés avec Siemens Schuckertwerke le 24 juin 1949, puis le 30 juillet suivant avec Siemens & Halske. Dès lors, la plupart des produits Siemens peuvent être distribués en France par l’intermédiaire de la société Samering. C’est en 1952 que les autorités françaises finissent par autoriser la Samering à reprendre le nom et la marque Siemens. La Samering deviendra officiellement la société française de distribution de Siemens, naturellement présidée par Marcel Frange.


Siemens France SAF

1956
Un nouveau départ avec Siemens SAF
Le 1er janvier 1956, la SAMERING prend officiellement le nom de « Siemens Société Anonyme Française » (Siemens SAF), dans laquelle le groupe Siemens prend une participation de 75%. Marcel Frange en devient le premier Président-Directeur Général. La nouvelle société s’installe au 128 rue du Faubourg Saint-Honoré, à Paris.

Nouveaux marchés, nouvelles affaires (1957 – 1972)

Polydor Siemens

1957
Siemens creuse son sillon avec Polydor
Siemens SAF rachète les maisons de disques Polydor et Polyphon SA à la société Philips SA. Durant près de dix ans, Siemens va participer à l’expansion du disque en France.


Création de la division Energie et Matériel d'installation Siemens

1960
Création de la division Energie et Matériel d’Installation
C’est en 1866 que Werner von Siemens construit la première dynamo électrique, point de départ de toutes les applications de l’électricité à la production d’énergie et à l’industrie.Dès lors, Siemens fournit de très nombreux industriels, ses premiers et principaux clients, en Allemagne d’abord et, très vite, dans le monde. A cette époque, la société recrute de nombreux jeunes ingénieurs français.


Division composants Siemens

1962
Création de la division Composants avec l’intégration de l’activité des relais
Le président Marcel Frange pense que la création d’un pôle « composants » arrive à maturité.La division est aussitôt créée. Son rôle : vendre des tubes, des redresseurs des condensateurs à de grandes sociétés françaises. Parmi ses clients, Siemens compte Thomson, Schneider, Continental-Edison, Orega, Pygmy, Océanic, Amplivision… Tous les acteurs de l’industrie grand public en plein développement, de la radio et de la télévision.


OSRAM

1965
OSRAM à la conquête du marché français
A partir de 1965, OSRAM, filiale du groupe Siemens & Halske et Deutsche Glasglühlicht, décide de se lancer sur le marché français. La société rachète Neolux, une usine de fabrication d’ampoule à incandescence située en Alsace. Dès la première année, l’usine fabrique 14 millions d’ampoules. 


Division informatique Siemens

1966

Création d’une division informatique
Au SICOB, salon généraliste français de l'informatique, des réseaux et des télécommunications, Siemens France présente pour la première fois au public l’ordinateur de grande puissance 4004/45.L’EDF et les PTT deviennent clients de Siemens SAF.En quelques années, cette activité conquiert des parts de marché significatives. La période est fructueuse, Siemens sortant des ordinateurs de qualité, telle la série 4004 à mémoire virtuelle et à grande vitesse de fonctionnement. En 1972, la division compte plus de 300 personnes.


Le boulevard Ornano à Saint-Denis où est implanté le siège Siemens

1970
Cap sur Saint-Denis
!
Siemens SAF quitte les locaux de la rue du Faubourg Saint-Honoré, devenus trop exigus – les effectifs ont atteint 1 000 personnes dont 700 en région parisienne – pour s’installer à Saint-Denis, boulevard Ornano.


Usine de Bordeaux-Lormont

1970
Pose de la première pierre de l’usine de Bordeaux-Lormont
Vouée aux composants passifs, cette usine sera inaugurée en présence de Jacques Chaban-Delmas, maire de la capitale girondine et premier ministre et d’André Bettencourt, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Plan et de l'Aménagement du territoire.On espère 1700 emplois à Lormont pour 1975…


SIAM Siemens

1970
La Société Industrielle d’Appareils Médicaux (SIAM) est intégrée à Siemens SA
Elle devient officiellement la division Médicale, emploie quelque 200 collaborateurs et occupe une part importante – près de 20 % - de l’activité de l’entreprise.


Photo aérienne du site Siemens à Haguenau

1972
Ouverture de l’usine d’Haguenau
Située en Alsace, l’usine fabriquera des enregistreurs et des appareils de mesure. Siemens SAF n’est donc plus seulement une filiale de distribution, mais elle devient aussi une filiale de production. Au début des années 70, la politique de la filiale française Siemens SAF est repensée : 1300 spécialistes, ingénieurs et techniciens sont au contact direct de la clientèle dans 16 villes de France. C’est une nécessité pour établir et mettre en œuvre la stratégie commerciale et de service de Siemens en France.

Un acteur de poids (1975 – 1996)

Siemens SAF

1975
Siemens SAF devient Siemens SA
La nouvelle forme de la société voit donc la création d’un Directoire et d’un Conseil de Surveillance. Puis en 1978, Siemens SA est gérée par Conseil d’Administration. Le PDG, André Maurer, est alors assisté par deux Directeurs Généraux, Klaus Kramer et R.W. Becker.


Siemens Electroménager

1977
Création de Siemens Electroménager SARL
Cette structure spécialisée s’installe dans la zone industrielle de Sarcelles, en banlieue nord de Paris. Elle commercialise directement auprès du grand public les appareils venant d’Allemagne. En 1984, l’entreprise emploie une centaine de salariés.


Siemens Scope

1978
Première édition du journal interne Siemens
Siemens France prend en compte la communication interne et lance le premier numéro de SiemenScope, journal mensuel interne.


Création Siemens Data

1979
Création de Siemens Data
La division renaissante, suite à l’échec de la coopération, en 1975, du consortium européen Unidata alliant Siemens à Philips et CII, a pour objectifs de vendre et de maintenir la gamme de matériels et de logiciels dits « GBVD » (moyens et gros systèmes informatiques).Les clients français reviennent à Siemens. De 40 salariés au démarrage, l’effectif de Siemens Data passe rapidement à plus de 100 personnes.


Visuel de la division Télécommunications Siemens

1980
Création de la division Télécommunications
 ctobre 1980 : réorganisation complète du secteur. Les Télécommunications accèdent au rang de Division. Les entrées de commandes atteignent à l’époque 260 millions de francs, ce qui place l’activité au second rang des 4 divisions existant chez Siemens SA, avec le Médical, les Composants et l’Energie. Elle emploie 100 salariés dont les deux tiers sont des ingénieurs commerciaux ou des technico-commerciaux


La division composants arts graphiques Siemens

1980
Création du département Arts Graphiques
Le département Arts Graphiques devient leader du marché de la photogravure et de la composition.Il y commercialise 60 % des scanners, 45 % des systèmes de montage électroniques et occupe 100 % de celui des hélio-klischographs. En 1989, le parc installé approche les 1000 sites dont la quasi-totalité des grands quotidiens régionaux. Au début des années 90, l’activité subit les aléas du marché français de l’industrie graphique et Siemens cédera cette activité en 1993.


Le stand Siemens dans un salon en 1981

1981
Siemens France, acteur significatif de l’économie française
La décennie 1980 confirme donc, moins de 30 ans après sa refondation, la position de Siemens au sein de l’industrie française. Le Nouvel Economiste, dans son classement annuel, attribue à Siemens SA la 22ème position du secteur électrique et électronique. Elle représente un atout réel de l’économie nationale avec ses 4 000 salariés, ses 3 usines et 22 établissements commerciaux répartis sur tout le territoire et génère alors une valeur ajoutée estimée de 580 millions de francs.


Un pacemaker Siemens

1986
Création de Siemens Pacesseter
Branche française du n°2 mondial du marché du simulateur cardiaque, cette société cessera son activité en 1994, à la suite du retrait de Siemens AG du secteur du matériel implantable.


BSE Electroménager

1987
Intégration de BSE Electroménager SA
Siemens Electroménager SARL intègre BSE Electroménager SA (Bosch Siemens Electroménager)


Siemens Audiologie

1988
Création de Siemens Audiologie
Audipha Acoustique SARL qui avait succédé à Siemens Phonophore SARL créée en 1937 devient Siemens Audiologie.


Siemens Automotive

1988
Naissance de Siemens Automotive SA
Rachat par Siemens du groupe américain Bendix Electronics et création de Siemens Automotive au plan mondial. L’ambition du groupe est de devenir un acteur de premier plan dans l’univers de l’automobile. Le principal site de l’activité en France est à Toulouse où une première usine avait été créée à l’origine par Renault en association avec Bendix sous le nom de « Renix ».


1989

Siemens s’allie à Framatome pour donner naissance au 1er groupe nucléaire mondial

Le métier de l’énergie s’enrichit d’un partenariat avec la société Nuclear Power International (NPI), détenue à 50 % par Siemens et 50 % par Framatome, et qui se spécialise dans le développement de la nouvelle génération de réacteurs nucléaires. Un savoir-faire lié à celui, développé conjointement par EDF et Siemens, de la mise en sécurité des réacteurs nucléaires. NPI permet ainsi à Siemens d’intervenir sur le projet franco-allemand de nouvel îlot nucléaire EPR (European Pressurised Water Reactor).


Société IN2 Informatique

1989
Rachat d’IN2, n°2 informatique français
A l’initiative du nouveau président de Siemens SA, Christian Fayard, Siemens prend en avril 1989 le contrôle de la société IN2 implantée à Plaisir. Elle est très complémentaire de Siemens Data et bien représentée sur le marché français.


IN2 et Siemens Nixdorf

1990
Intégration d’IN2 à Siemens Nixdorf
Le rapprochement de Siemens AG et de Nixdorf Computer AG donne naissance à Siemens Nixdorf Information Systems AG (SNI). Siemens AG détient 80 % de ce nouveau géant de l’informatique européenne, qui emploie 50 000 personnes et prévoit un CA de 44 milliards de francs. Cette acquisition a pour conséquence, en France, d’absorber les activités d’IN2 dans la nouvelle filiale française Siemens Nixdorf Computers SA dont le siège est à Cergy-Pontoise.


1991
Siemens s’ouvre au marché dentaire
Siemens acquiert LB Dentaire et Mostberger réunies sous le nom de Société de Matériel Dentaire (SMD) dont la vocation est l’équipement complet des cabinets dentaires en matériel Siemens. Après être devenue l’un des principaux acteurs de son marché, l’activité sera cédée en 1997.


Visuel télécommunications Siemens

1991-1992

La structure des télécommunications est remaniée
Siemens SA doit s’adapter aux réalités d’un marché qui progresse. Forte de 80 personnes, l’activité est totalement remaniée avec la constitution de deux pôles : télécommunications privées et télécommunications publiques. L’un des produits phares de cette époque : la famille des auto-commutateurs HICOM 100, connectables à Numeris.


Commande de SFR à Siemens

1991
Première commande de SFR à Siemens
Le partenariat avec SFR couronne le début de la « percée » de Siemens dans l’univers naissant de la téléphonie mobile.


Bâtiment Grand Angle Siemens à Saint-Denis

1992
Création de Siemens Holding SA
Les sociétés françaises, jusqu’ici contrôlées par des maisons-mères différentes au sein du Groupe, sont intégrées dans cette structure unique. L’objectif est multiple : mise en place d’unités opérationnelles verticalisées et spécialisées agissant à l’échelon européen, maintien d’une unité nationale, consolidation financière et capitalisation.Siemens occupe maintenant en France une dizaine de sites industriels : les composants à Bordeaux-Lormont (Siemens Matsushita), à Corbeil-Essonnes (avec IBM), Siemens Automotive à Toulouse, Boussens et Foix, Siemens Production et Automatisation à Haguenau, Informatique (Siemens Nixdorf) à Haubourdin et Plaisir, éclairage (OSRAM) à Molsheim. S’y ajoute une trentaine d’agences commerciales.


Visuel Energie et transports

1993
Création du département « Energie et Transports »
Mise en place d’une organisation à deux pôles : la production d’énergie et le transport et la distribution d’énergie. L’équipe est restreinte –  13 personnes – mais de qualité : elle va se développer année après année et donner naissance, en 1997, à la division Energie.


Vue aérienne des bâtiments OSRAM à Molsheim

1994
OSRAM, à Molsheim en Alsace, devient le 1er centre européen de lampes à incandescence
Sa production, cette année-là, atteint 205 millions d’unités. Objectif d’OSRAM SA : devenir l’une des trois premières plate-formes logistiques du groupe OSRAM en Europe.


Visuel téléphones Gigaset

1995
Gigaset est agréé par France Telecom
C’est le Gigaset 910, téléphone de la gamme Gigaset des sans-fil numériques à la norme DECT, qui sera le premier agréé par France Telecom.


1995
Création de Siemens SAS
A cette époque, la progression du groupe se fait à un rythme soutenu : + 33 % pour la seule année 95/96 marquée notamment par l’intégration de nouvelles filiales comme Matra Transport International, Arche Communications et RXS-Morel. Leur arrivée concrétise à la fois la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie et la poussée de Siemens dans les métiers à forte valeur ajoutée.


Visuel Activité Composants

1995
Année charnière pour l’activité « Composants »
Cette activité se scinde en 2 divisions : « Composants passifs et électromécaniques » et                 « Semiconducteurs ».


Visuel Matra Transports métro automatique VAL

1996
Prise de majorité dans la société Matra Transport International
Siemens poursuit l’aventure du transport ferroviaire et prend progressivement la majorité dans la filiale du groupe Lagardère : Matra Transport International connu pour ses métros entièrement automatiques qui ont pour nom VAL, Météor ou Maggaly.

Une entreprise forte au tournant des années 2000 (1997 – 2004)

1997

Siemens France SA

A partir de 1997 Siemens Holding SA devient Siemens France SA.


1997

Création de Siemens Business Services

Siemens Business Services existe en Allemagne depuis 1995 et la filiale française est créée en 1997. Elle se spécialise dans l’infogérance.


1998

Ouverture du site high tech de recherche de Sophia-Antipolis

 Création d’un nouveau centre de développement de circuits intégrés à Sophia-Antipolis qui concrétise la présence de Siemens sur ce site technologique avancé européen.


1998

Naissance de Siemens Information and Communications

Cette année Siemens Nixdorf SA est restructurée. La naissance de Siemens Information and Communications répond à la fusion des activités d’informatique et de télécommunications.


1998

NEFF et Gaggenau rejoignent Siemens

BSE Electroménager SA intègre les marques NEFF et Gaggenau et donne naissance à BSH Electroménager SA qui regroupe désormais, au sein d’une entité unique, les 4 marques Bosch, Siemens, Neff et Gaggenau et le Service Après-vente.


1998

Inauguration de la ligne 14 du métro parisien

Cette ligne relie les stations « Bibliothèque François Mitterrand » et « Madeleine » et est équipée des automatismes fournis par Siemens. Elle est la première ligne de métro sans conducteur. En 2003, la ligne sera prolongée jusqu’à Saint-Lazare et en 2007 jusqu’à la station Olympiades. Au rythme d’une rame tous les 85 secondes, la ligne 14 peut transporter près de 40 000 voyageurs par heure et par sens.


1998

Siemens et OSRAM illuminent le Stade de France

Les lampes Powerstar HQI-TS de 2000 watts de marque OSRAM et 700 projecteurs de fabrication Siemens. L’ensemble dégage la formidable puissance d’1,4 Mégawatt, ce qui suffirait pour éclairer un quartier d’une grande ville ou 2000 habitations !


1998

Création d’une nouvelle entité : Siemens Building Technologies

Nouvelle entité vouée aux services, elle met en œuvre un savoir-faire nouveau pour le Groupe via l’intégration de 2 sociétés Landis & Staefa, leader français de la GTB et Cerberus, N°1 des systèmes de sécurité contre l’incendie et l’intrusion.


1999

Rachat de la société Courbon

Elle est spécialisée dans l’intégration de systèmes s’adressant notamment aux marchés de l’agro-alimentaire, la sidérurgie, la pharmacie et l’automobile.


1999

Inauguration du centre de R&D de Lannion

Il est spécialisé dans les logiciels de commutation et travaille pour Siemens, à l’échelle internationale.


1999

Naissance d’Infineon Technologies France SA

Elle concrétise la filialisation de l’activité, en progression constante, de semi-conducteurs et sera cotée, en 2000, à Francfort et au New York Stock Exchange.Par ailleurs, en 1999, naît Altis Semiconductor (production de semi-conducteurs avancés) entité conjointe IBM-Infineon, à Corbeil-Essonnes.


2000

Joint-venture Fujitsu Siemens Computers SA

Elle fait suite à la fusion des activités informatiques de Fujitsu Europe et de Siemens AG en 1999.Clin d’œil de l’histoire : Fujitsu est issue de Fuji Electric, créée en 1923 par un rapprochement entre le groupe japonais Furukawa et Siemens.


2000

Siemens VDO Automotive livre son système Piézo à PSA Peugeot Citroën

PSA a choisi le nouveau système d’injection directe diesel pour équiper le moteur HDi 90 chevaux de la Peugeot 307. C’est l’usine de Foix de Siemens VDO Automotive qui fabrique les calculateurs du Piézo Common Rail.


2001

Matra Transport International devient Siemens Transportation Systems

C’est l’aboutissement d'un processus engagé dès 1995, lors de la création de Matra Transport International, société commune de Matra et de Siemens détenue à parité par les deux groupes. En 1998, Siemens portait sa participation à 95 % puis à 100 % au début l'année 2001.Siemens s’impose alors comme le leader mondial des métros automatiques sans conducteurs, des automatismes d’aide à la conduite, de l’automatisation des réseaux de métros traditionnels.


2001

Accord final sur la création de Siemens VDO Automotive

En avril, la fusion entre Siemens Automotive, branche spécialisée dans l’électronique automobile du Groupe Siemens, et VDO, équipementier automobile appartenant au Groupe Mannesmann, obtient l’accord final de la « Federal Trade Commission » américaine. La création de Siemens VDO Automotive permet de constituer l’un des équipementiers leaders en électronique automobile high-tech.


2001

Mise sur le marché du scanner à ultrasons 3 D

Ce scanner inédit offre la possibilité aux futurs parents de voir la photo de leur bébé avant la naissance et permet aux médecins d’apporter un diagnostic anténatal très précis et de repérer très vite d’éventuelles malformations ou tumeurs fœtales.


2001

Siemens retenu par le groupe Cegetel comme fournisseur UMTS en France

Siemens est choisit comme l’un des principaux fournisseurs pour le réseau mobile SFR de 3e génération et fournit un réseau de bout en bout comprenant la radio, le cœur du réseau, les terminaux et les services.


2002

Mise en service de la première ligne du métro rennais

Siemens Transportation Systems inaugure la première ligne de métro VAL de Rennes. D’une longueur de 9,4 km, cette première ligne de métro VAL dessert 15 stations permettant de relier le nord-ouest au sud-est de l’agglomération rennaise, en 16 minutes. Elle transporte déjà une moyenne de 85 000 passagers par jour.


2002

Naissance de Siemens Health Services

Cette nouvelle entité est le fruit du regroupement des branches de systèmes d’information hospitaliers de Shared Medical Systems, de Pyrénées Informatique et de la branche des systèmes d’information, de réanimation et d’information d’imagerie (RIS/PACS) de Siemens Medical Solutions.


2002

Siemens Transportation Systems choisi par la SNCF

Ce contrat portant sur 35 tram-trains “Avanto” marque l’entrée de Siemens comme fournisseur de matériel roulant à la SNCF. C’est également le 1er tram-train vendu en France. Il s’agit de rames capables de circuler sur le réseau ferré traditionnel ainsi que sur les rails de tramway en centre ville. En 2006 aura lieu la mise en service du tram-train sur la ligne T4, du réseau transilien, qui relie Aulnay-sous-Bois à Bondy en Seine-Saint-Denis. 40.000 voyageurs sont attendus sur cette ligne qui assure la jonction entre le RER A et le RER E.


2002

Installation des premiers PET SCAN en France

L’Institut Gustave Roussy à Villejuif, le centre de Médecine Nucléaire Roger Perez à Sarcelles, les CHU de Nancy et Besançon sont les établissements pionniers ayant choisi de se doter de cette technologie d’imagerie médicale bi-modalité – le PET SCAN combine l’imagerie fonctionnelle et l’imagerie anatomique.


2003

La Poste retient Siemens Dematic pour 50 machines de tri


2004

Siemens se développe dans l’éolien

Siemens se lance sur le marché de l’énergie éolienne en rachetant la société danoise Bonus Energy. Puis en 2005 avec le rachat de la société AN Windenergie qui commercialise et assure la maintenance d’éoliennes jusqu’à 3,6 mégawatts.En France, ses acquisitions positionnent Siemens sur des projets d’implantation d’éoliennes dans l’Hérault et le Finistère, entre autres.


2004

France Télécom et Siemens annoncent un partenariat stratégique

Afin de développer conjointement une Architecture de Réseau Nouvelle Génération en favorisant l’interopérabilité des réseaux fixes/ mobiles.

Le groupe se recentre sur son cœur de métier : industrie, énergie et santé (2005 – 2014)

2005

Acquisition de VA Tech

La commission européenne autorise aussi l’acquisition de l’autrichien VA Tech. En France, les activités de VA Tech représentent plus de 1500 employés dans les secteurs de la métallurgie, la transmission et la distribution d’énergie.


2005

Siemens se renforce dans l’imagerie médicale

Siemens acquiert l’américain CTI Molecular Imaging spécialisé dans la Tomographie par Émission dePositons (TEP). Le groupe renforce ainsi sa présence sur le marché de l’imagerie médicale.


2005

Rachat de Flender autorisé

La Commission européenne donne son feu vert au rachat du fabricant allemand de systèmes d’entraînement mécaniques et électriques Flender. Grâce à cette opération, Siemens est désormais en mesure de proposer une offre globale en systèmes d’entraînement. Une usine est présente en Alsace, à Illkirch-Graffenstaden.


2005

Modernisation des automatismes du métro de Lille

Siemens remporte le contrat de modernisation des automatismes de 83 des 143 rames de Val en exploitation à Lille. Ces nouveaux automatismes supporteront des fonctions avancées d’information voyageurs et renforceront la sécurité et la maintenabilité du métro automatique.


2005

Cession de l’activité Siemens téléphonie mobile à BenQ

La nouvelle entité prend le nom de BenQ Mobile France.


2006

AII soutient le projet de métro Cityval/ Airval

C’est l’un des six projets retenus par l’Agence de l’innovation industrielle (AII), aujourd’hui OSEO. Initialisé par Siemens Transportation Systems en partenariat avec Lohr Industrie, le projet a pour objectif de développer un nouveau métro léger sur pneus et sans conducteur qui fusionne les technologies du ferroviaire, du routier et de l’automatique. La Commission Européenne donne son aval en 2007.


2006

Siemens se renforce dans le diagnostic médical

Siemens annonce le rachat de la société Diagnostic Products Corporation (DPC). Une transaction qui permet au Groupe d’étendre son portefeuille à ce nouveau secteur qu’est le diagnostic immunitaire.


2006

Rachat de Bayer Diagnostics

La dynamique de développement des activités médicales de Siemens s’accélère avec l’annonce par le Groupe du rachat de la division Diagnostics de Bayer. Cette transaction renforce les positions deSiemens sur le marché en forte croissance des diagnostics moléculaires.


2006

Siemens ADB balise Roissy

Siemens avec sa filiale ADB Airport Systems, spécialisée dans le balisage aéroportuaire, enregistre une commande importante d’Aéroports de Paris : deux lots de feux de balisage destinés à éclairer les pistes et voies de circulation de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.


2006

USFilter intégré à Siemens Water Technologies

Le processus d’intégration de USFilter dans la division Water Technologies de Siemens est achevé. La société américaine USFilter, acquise par le groupe Siemens en 2004, sera désormais connue sous le nom de Siemens Water Technologies. Cette intégration permet à Siemens de se positionner comme le premier fournisseur mondial de systèmes de traitement et de purification pour l'eau potable, les eaux usées et l’eau issue d’applications industrielles.


2006

VAI Clecim devient Siemens VAI Metals Technologies


2006

Coopération avec le CEA

Le tout nouveau centre NeuroSpin installé sur le plateau de Saclay (Essonne) dans les bâtiments du CEA, s’impose comme le premier complexe mondial de recherches sur le cerveau. Au cœur du dispositif, la première IRM d’une puissance magnétique de 7 Tesla, fournie par Siemens. Cette IRM permettra d’améliorer la connaissance du cerveau grâce à des images d’une très haute précision. Par la suite, Siemens pilotera le projet Iseult avec, à la clé, le développement d'une IRM de 11,7 Tesla unique au monde.


2006

Siemens signe avec Poweo

Poweo, premier opérateur d’énergie français indépendant, signe avec Siemens un contrat pour la livraison clés en main et la maintenance étendue de sa première centrale électrique en France. Cette centrale, implantée à Pont-sur-Sambre dans le Nord, sera la première à cycle combiné 100% à gaz naturel exploitée en France.


2007

Siemens annonce l’acquisition d’UGS, éditeur de logiciels de CAO

Avec cette acquisition Siemens entend combiner les compétences d’UGS dans le domaine de la gestion de produits avec son savoir-faire en matière d’automatisation. L’idée est de fournir une offre couvrant l’ensemble du cycle de vie du produit. Avec un effectif de 7 300 personnes et plus de 46 000 clients dans le monde, UGS figure parmi les leaders mondiaux sur le marché des logiciels et services dédiés au PLM (Product Lifecycle Management).


2007

Naissance de Siemens IT Solutions and Services

Le groupe Siemens décide de réunir l’ensemble de ses activités de services informatiques et de développement de logiciels au sein d’une seule comptant 43 000 personnes dans le monde. Elle est l’émanation de 5 entités aux compétences complémentaires : Program & System Engineering, Business Innovation Center, Development Innovation & Projects, Siemens Information Systems Ltd et Siemens Business Services. Ainsi Siemens Business Services en France devient Siemens IT Solutions and Services SAS France suite à la consolidation des différentes expertises du groupe.


2007

Bienvenue à Nokia Siemens Networks

Opérationnelle depuis le 1er avril, Nokia Siemens Networks, la nouvelle société détenue par Nokia et Siemens, figure parmi les 3 principaux fournisseurs mondiaux d’infrastructures de communication.


2007

Mise en service du CDGVAL à  l’aéroport de Roissy

Aéroports de Paris a confié à Siemens la réalisation de deux lignes de Val pour l'aéroport de Paris - Charles-de-Gaulle. L’automatisation intégrale du Val assure une flexibilité absolue avec une exploitation 24 h/24. Sa réactivité permet de répondre avec souplesse aux pointes du trafic aérien et assure les déplacements des passagers en transit comme ceux des 80 000 salariés de l’aéroport.


2007

Le train à très grande vitesse ICE entre en gare

Le 10 juin marque la mise en service de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Est européenne en France ouvrant la porte du tourisme à grande vitesse (320 km/h). 37 millions d’Européens sont reliés entre Paris, Francfort, Luxembourg et 20 gares du Grand Est français. La France et l’Allemagne se sont accordées sur les conditions d’homologation des rames allemandes ICE3 (InterCityExpress) en France et des rames françaises TGV en Allemagne, afin que les trains ICE3 et TGV puissent circuler indifféremment sur la totalité des liaisons concernées.


2007

Toulouse ouvre sa 2ème ligne de métro

Le VAL automatique de Siemens a été choisi pour assurer la liaison souterraine qui  traverse la ville du nord au sud en 27 minutes. Doublant le trafic du métro, elle devrait transporter 150 000 voyageurs par jour.


2007

Vente de l’activité automobile à Continental

Dans la logique de recentrage de son portefeuille d’activités, Siemens vend son activité automobile à Continental pour 11,4 milliards d’euros.


2007

Equipement du premier parc éolien français

5ème fabriquant mondial après le rachat en 2004 de Bonus Energy, Siemens Power Generation concrétise ses ambitions françaises dans l’éolien avec Eolfi. A ce producteur d’énergie propre, qui acquiert, développe, finance, construit et exploite des parcs éoliens en Europe, Siemens Power Generation va fournir les machines de son premier parc éolien franco-français.


2007

Commande historique d’Endesa

Endesa France, filiale du producteur d’énergie espagnol, attribue à Siemens le contrat pour la construction de 2 centrales à cycle combiné gaz représentant le plus gros projet de construction de nouvelles capacités en CC Gaz en France.


2007

Annonce du rachat de Dade Behring

Après le rachat de Diagnostic Products Corporation et de Bayer Diagnostic en 2006, l’acquisition de Dade Behring renforce la présence de Siemens dans le diagnostic de laboratoire. Dade Behring offre des produits et solutions destinés à une large gamme d’activités consacrées au diagnostic de laboratoire, notamment la chimie clinique, l’immuno-diagnostic (y compris les tests de dépistage des maladies infectieuses), l’hémostase et la microbiologie.


2008

Siemens crée une joint-venture avec the Gores Group

The Gores Group, un fonds d'investissement américain, acquiert 51 % de Siemens Enterprise Communications, spécialisée dans les réseaux et solutions de télécommunications destinés aux entreprises. Siemens conserve une part de 49 % dans Siemens Enterprise Communications. Cette activité est renforcée avec l’apport de deux entreprises, Enterasys et SER Solutions.


2008

Siemens accompagne le projet photovoltaïque de Hanau Energies

Projet novateur et audacieux : 36.000 m2 de bâtiments recouverts de panneaux solaires sur l’exploitation de Weinbourg, en Alsace. C’est le plus gros projet au monde de photovoltaïque intégré comprenant à la fois une couverture d’étanchéité et une production d’électricité photovoltaïque.Cette installation permettra de produire une puissance maximale de 4,5 MW. Siemens accompagne ce projet en fournissant les onduleurs et les postes de transformation moyenne tension indispensables pour le raccordement au réseau électrique.


2009

Siemens cède ses parts à Fujitsu

Siemens cède sa participation de 50 % détenue dans la joint-venture Fujitsu Siemens Computers.


2009

Le Cityval équipera la ligne b du métro de Rennes

Siemens France est choisi par Rennes Métropole pour équiper l’agglomération rennaise du Cityval, un nouveau métro sur pneus entièrement automatique. Les technologies Siemens en matière de transport avaient déjà été choisies par Rennes avec le Val, mise en service en 2002.


2009

Siemens annonce son retrait du capital d'AREVA NP

Le groupe Siemens AG annonce qu'il cède sa participation minoritaire de 34 % dans Areva NP S.A.S. à l’actionnaire majoritaire Areva S.A.Areva NP précédemment Framatome ANP (Advanced Nuclear Power - jusqu'en mars 2006), est une entreprise française de fourniture pour l'industrie nucléaire fondée en 2001, par l'entreprise française Framatome et l'entreprise allemande Siemens.


2009

Siemens fait l’acquisition d’Elan Software Systems

Avec l’acquisition de la société française Elan Software Systems à Toulouse, Siemens développe le centre de R&D à responsabilité mondiale spécialisé dans l’expertise en logiciels et solutions MES pour la production industrielle.


2009

Centrale thermique clés en main pour E. ON France

Livraison clés en main et maintenance par Siemens de la plus grande centrale à cycle combiné gaz naturel d’une puissance de  2 x 430 MW pour E.ON France (Centrale Emile-Huchet à Saint-Avold).


2010

Poweo renouvelle sa confiance en Siemens

Poweo confie la construction clés en main d’une deuxième centrale, située à Toul en Meurthe-et-Moselle. Le chantier devrait durer 30 mois pour une mise en production commerciale prévue dès le premier semestre 2013. Cette nouvelle unité alimentera en électricité plus de 750 000 foyers français.


2010

Inelfe choisit Prysmian et Siemens pour construire la future ligne électrique entre la France et l’Espagne

Inelfe a attribué 2 contrats fondateurs de la future ligne souterraine d’interconnexion électrique entre la France et l’Espagne. L’interconnexion France-Espagne augmentera la capacité d’échanges d’électricité entre les deux pays en la portant de 1400 à 2800 MW. Elle renforcera la sécurité d’approvisionnement électrique au niveau régional et national. Elle permettra de tirer tout l’avantage de la complémentarité des parcs de production des deux pays, et d’intégrer davantage de production à base d’énergies renouvelables sur le réseau.


2010

Siemens poursuit ses investissements dans l’usine d’Haguenau

Siemens investit 10 M€ dans son usine d’Haguenau avec une extension de site de 10.000 m2 qui en fait le principal centre de R&D à compétence mondiale pour l’instrumentation et l’analyse de process.


2011

Création du secteur « Infrastructure and Cities »

Siemens crée une nouvelle structure organisationnelle en intégrant un quatrième Secteur                 « Infrastructure & Cities ». L’émergence de ce nouveau Secteur marque la volonté du groupe de prendre une part active dans la croissance dynamique des investissements dans les villes et les infrastructures. Siemens devient ainsi la première entreprise en mesure de proposer une offre complète et cohérente pour répondre aux besoins de villes en matière de mobilité, d’efficacité énergétique et de protection de l’environnement.


2011

Siemens met en service le plus grand parc solaire de France

Retenu par la société Eco Delta, pour son site de production photovoltaïque (PV) dans la commune des Mées, dans les Alpes-de-Haute-Provence, Siemens a réalisé les travaux de génie civil, la mise en place des infrastructures et la fourniture de 112.000 panneaux solaires, ainsi que le raccordement au réseau électrique. Siemens sera également chargé à l’avenir des opérations de service et de maintenance auprès de ces centrales photovoltaïques. Le parc permettra d’approvisionner près de 12 000 foyers en électricité propre.


2011

Acquisition par Atos de Siemens IT Solutions and Services

En combinant les compétences des 2 entités, Atos se hisse au rang de leader en Europe. Siemens et Atos restent liées par un important contrat d’infogérance d’une valeur de 5,5 milliards d’euros sur 7 ans ainsi que par des programmes d’investissement conjoints.


2011

Alger a choisi Siemens pour son métro

Lundi 31 octobre 2011, le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, inaugure la première ligne de métro de la capitale algérienne dont la réalisation a été confiée au groupement comprenant Siemens, Vinci et CAF. En charge du pilotage et de la coordination générale du projet, Siemens a fourni la signalisation, les automatismes d’aide à la conduite, la voie, les télécommunications, l'électrification complète de la ligne, la billettique et le poste de commande centralisée.


2011

Siemens France équipe de ses automatismes la ligne 1 du métro parisien

3 novembre 2011, le coup d’envoi est donné pour la mise en service commercial des premières rames sans conducteur sur la plus fréquentée des lignes du métro parisien. Progressivement, la ligne 1 (25 stations réparties sur 16,6 km) va ainsi devenir entièrement automatique grâce aux solutions apportées par Siemens. C’est la première fois au monde qu’une ligne de cette importance passera d’une exploitation sans conducteur, sans interruption de service.


2011

Projet Smart Grids en Alsace

Premier projet Smart Grids Siemens en France, nommé A3M (Automated Multifluid Meter Management), qui permet de relier l’ensemble des usagers de la régie de Saint-Louis à un compteur électrique commun, tout en centralisant les données.


2012

Siemens investit dans la radiopharmacie

Le site PETNET Solutions, inauguré en février, est pour Siemens France, le premier laboratoire pharmaceutique autorisé à produire et à mettre sur le marché du fluorodesoxyglucose marqué au Fluor 18 (18F-FDG), un radiomarqueur utilisé en cancérologie, cardiologie et neurologie. La rapidité de livraison est un point crucial pour la mise à disposition du 18F-FDG. Le choix de Lisses (Essonne) pour y implanter ce nouveau site de production s’est imposé pour permettre d’accéder rapidement à plus des deux tiers des 120 centres de médecine nucléaire équipés de PET-scan.


2012

Direct Energie et Siemens retenus pour développer une unité de production électrique au gaz naturel en Bretagne

L’Etat a décidé de confier à Direct Energie et Siemens le projet de développement d’une unité de production électrique dont la technologie retenue a été largement éprouvée par les quelque 1000 unités de production déjà installées par Siemens. Ce projet répond en différents points aux attentes du Pacte Electrique Breton, qui prévoit la maîtrise de la demande en électricité, le développement des énergies renouvelables et la sécurisation de l’approvisionnement électrique.


2012

Mise en service réussie de l'extension de la deuxième ligne du CDGVAL

Aéroports de Paris a mis en service commercial l'extension de la ligne LISA du CDGVAL, le métro entièrement automatique de l'aéroport Paris Charles de Gaulle. Cette ligne, qui reliait déjà le Terminal 2E au satellite d'embarquement S3, a été prolongée, sans interruption ni perturbation de l'exploitation, jusqu'au tout nouveau satellite S4 qui a accueilli ses premiers voyageurs le 21 juin dernier.


2012

Siemens et Exagon MotorsTM officialisent leur partenariat

Le constructeur automobile français a choisi Siemens pour développer et équiper en série la Furtive-eGT, Supercar électrique de luxe française. Le concept de chaine de traction innovant comprend deux moteurs haute efficacité de dernière génération parmi les plus compacts du marché et offre une efficience hors-norme.


2012

Siemens France met en service une première ligne de métro automatique Val à Uijeongbu

La ligne 1 du métro automatique Val de Uijeongbu (Corée du Sud), ville située à 20 km au nord de Séoul, a accueilli avec succès ses premiers passagers. Longue de 11 km et comportant quinze stations, la "U line" équipée de la technologie Val fonctionnera en tout automatique, sans conducteur ni attendant à bord des trains.


2012

Siemens fait l’acquisition de LMS International 

Avec l’acquisition de la société belge LMS International et de sa filiale française LMS Imagine, Siemens renforce, en France, son expertise dans les outils de simulation et de test de produits complexes, grâce à ses activités de R&D à responsabilité mondiale basées à Lyon et à Roanne.


2012

Siemens fait l’acquisition de Kinéo CAM

Siemens, par acquisition de la société française Kinéo CAM à Labège (Toulouse), complète son expertise en logiciels de calcul automatique de trajectoires grâce à ses activités de R&D.


2012

Siemens partenaire de l’IHU de Strasbourg

Siemens, partenaire de l’IHU (Institut hospitalo-universitaire) de Strasbourg, participe au programme multidisciplinaire de R&D associé à la mise en place de plateaux d’imagerie préclinique et clinique pour le futur pôle d’excellence de la chirurgie mini-invasive guidée par l’image.


2013

Une deuxième ligne de métro automatique pour Rennes

Rennes Métropole lance la réalisation de sa deuxième ligne de métro automatique (la ligne b) qui sera équipée du Cityval, la dernière génération de métro automatique sur pneus développée par Siemens France.


2013

Extension du métro automatique de Turin

Siemens France remporte le contrat d'extension du métro automatique Val de Turin (deux stations, 1,6 kilomètre).


2013

Futur réseau métropolitain pour Riyad

Siemens a reçu une commande d’1,5 milliard d’euros pour la réalisation de 2 des 6 lignes du futur métro de Riyad (Arabie Saoudite). Cette commande d’un système clés en main comprend le matériel roulant, le système de signalisation et l’électrification. Les automatismes « made in France » seront fournis par le Centre de compétence du groupe dédié aux métros entièrement automatiques situé en France (Châtillon et Lille).


2013

A Marseille, Siemens participe à la réalisation d’un « hôpital intelligent »

Conception et installation d’un système d’hypervision pour l’hôpital Européen-Marseille permettant de contrôler et de commander à distance la totalité des parties intelligentes de l’hôpital.


2013

Siemens fait l’acquisition de Preactor

Siemens rachète Preactor, dont le siège européen est situé à Lyon, et élargit ainsi son portefeuille de logiciels industriels dans le domaine de la planification de la production.


2013

Des éoliennes dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie

Siemens a obtenu une commande en France pour la fourniture, l’installation et la mise en service de 24 turbines éoliennes à entraînement direct destinées à 4 projets éoliens situés dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie. Deux investisseurs sont impliqués dans ces projets, chacun à hauteur de 50 % : Diamond Generating Europe Limited (DGE) et l’énergéticien spécialisé dans le renouvelable EDF Energies Nouvelles (EDF EN).


2013

Contrat record pour Siemens en République Démocratique du Congo

Avec la signature, en consortium avec Cegelec NV, d’un contrat avec la SNEL (Société Nationale d’Electricité) pour l’extension d’un poste 220 Kv et le remplacement de 24 transformateurs HVDC, Siemens à Grenoble développe ses activités de transmission sur la zone Afrique.


2013

Première référence mondiale pour la sous-station mobile 400 kV GIS

Fourniture de la première sous-station mobile 400 kV GIS (Gas Insulated Switchgear) pour la construction de la centrale électrique Biskra, en Algérie. Il s’agit d’une 1ère référence mondiale et d’une solution innovante développée par l’équipe R&D de l’activité Power Portable Solutions de Siemens à Grenoble.


2013

Mise en service des premières chaînes AptioTM Automation

Mise en service des 3 premières chaînes d'automatisation Aptio™ Automation installées en France, à la clinique Pasteur de Toulouse et dans les centres hospitaliers d’Argenteuil et d’Eaubonne-Montmorency.


2014

Siemens équipe l’Airbus A350 XWB

Mise en service commerciale de l’avion de ligne long-courrier A350-900 d’Airbus, premier avion de la famille A350XWB (-800/-900/-1000) pour lequel Siemens a été choisi, en 2007, pour équiper l’ensemble de la gamme en systèmes de détection incendie embarqués. L’A350 XWB sera le programme avion le plus important pour Siemens dans les années à venir.

Electrification, Automatisation et Digitalisation : les 3 leviers pour une croissance durable (2014 – 2016)

2014

Nouveau siège social de Siemens France

La holding s’implante dans le quartier du Landy-France à La Plaine Saint-Denis, à deux pas du Stade de France, confirmant son ancrage à Saint-Denis.


2014

Bosch acquiert les 50 % détenus par Siemens dans BSH

Bosch rachète la participation de Siemens dans leur filiale commune Bosch Siemens Electroménager (BSH). Finalisation de l’opération au premier semestre 2015. Le Groupe BSH est titulaire d'une licence pour la marque Siemens, marque déposée par Siemens AG.


2014

Cession de l’activité Siemens Audiologie

Le fond d’investissement EQT et la famille d’entrepreneurs allemands Strüngmann rachètent l’activité Siemens Audiologie. La cession devient effective en janvier 2015 et s’inscrit dans la stratégie de réallocation des ressources du Groupe Siemens afin de renforcer son cœur de métier dans les domaines de l’Automatisation, de l’Electrification et de la Digitalisation.


2014

Acquisition des turbines à gaz et des compresseurs de Rolls-Royce

Le groupe complète son portefeuille avec l’acquisition des activités de turbines à gaz aérodérivatives et des compresseurs pour la filière du pétrole et du gaz et du secteur de la production d’énergie décentralisée.


2014

24 éoliennes pour EDF Énergies Nouvelles

Siemens livre 24 éoliennes mises en service et raccordées sur quatre parcs éoliens : Plaine d’Escrebieux (12 MW) près de Douai, Seuil de Bapaume (15 MW) dans la Somme, Basse Thiérache Sud (24 MW) et Plateau d’Andigny (21 MW) près de Saint-Quentin.


2015

Première pierre de l’IHU à Strasbourg

Siemens Healthcare a pris part au projet de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Strasbourg qui a vocation à devenir un centre de référence international en matière de chirurgie hybride mini-invasive guidée par l’image (réalité augmentée, notamment). Un contrat de R&D s’inscrivant dans la durée est associé à la mise en place de trois plateaux d’imagerie.


2015

Naissance de Primetals Technologies

Né de la création d’une coentreprise entre Siemens VAI Metals Technologies et Mitsubishi Heavy Industries, Primetals Technologies devient un fournisseur complet d’infrastructures, de produits et de services pour l’industrie du fer, de l’acier et de l’aluminium à l’échelle mondiale.


2015

Interconnexion électrique France-Espagne

Inelfe, société commune détenue par les gestionnaires des réseaux d’électricité RTE et REE, a pour objet la réalisation de la ligne électrique d’interconnexion entre la France et l’Espagne dont la mise en service a lieu en mai 2015. Siemens a fourni les deux stations de conversion de l’interconnexion électrique en courant continu (2 x 1 000 MW). Cette nouvelle ligne permet de doubler la capacité d’échanges d’électricité entre les deux pays et d’intégrer davantage de production à base d’énergies renouvelables sur le réseau. Elle évite le rejet de 1 million de tonnes de CO2 par an dans l’atmosphère.


2015

Fondation Louis Vuitton : un bâtiment d’exception

Inauguré à Paris en 2014, le bâtiment de la Fondation Louis Vuitton a été récompensé par plusieurs prix d’ingénierie en France et aux États-Unis. Siemens a contribué au projet via une solution technique permettant d’assurer la sécurité des personnes et des biens, le confort thermique des visiteurs et la protection des œuvres, tout en limitant l’impact environnemental du site.


2015

No Finish Line Paris by Siemens : une course solidaire

La No Finish Line Paris by Siemens est une course publique, caritative et sportive se tenant chaque année depuis 2015, au printemps, sur le Champ de Mars. A chaque kilomètre parcouru, 1€ est reversé par les entreprises sponsors à 2 associations œuvrant pour l'éducation et la santé des enfants.


2015

Autonomisation de l’activité Healthcare

Siemens Healthcare SAS devient une société juridiquement indépendante au sein du Groupe, lui permettant de disposer des ressources et de la flexibilité nécessaires à une transition vers une offre de produits et services de santé de nouvelle génération.


2015

Dresser-Rand rejoint le groupe Siemens

A l’issue de l’accord de la Commission européenne, Siemens achève l’acquisition de l’entreprise américaine Dresser-Rand, spécialisée dans les industries extractives de pétrole et de gaz. Grâce à ce rachat, Siemens opère désormais au Havre un centre d’excellence international de 700 salariés, spécialisé dans l’étude, la réalisation et les essais haute puissance de compresseurs centrifuges, turbines à vapeur monoétagées ainsi que les services associés.


2015

Solvay/Butachimie : un exemple concret d’usine du futur

La plateforme Solvay/Butachimie, située à Chalampé en Alsace, est l’un des plus importants sites du monde spécialisés dans la fabrication du polyamide 6.6 et ses intermédiaires. Pour la  modernisation de sa plateforme industrielle, le Groupe a fait appel à Siemens pour renouveler le système de contrôle-commande sur l’ensemble des unités de production. La solution de simulation Siemens utilisée agit comme un véritable « jumeau virtuel » des ateliers de production. Pour fiabiliser les tests en plateforme avant la migration et le redémarrage de chaque unité, le logiciel teste virtuellement  l’intégralité du système de contrôle-commande avant de basculer vers l’installation réelle.


2015

Siemens installe son siège mondial du Val à Toulouse

Le Groupe a choisi Toulouse pour installer son centre mondial des véhicules automatiques légers, les Val.  C’est ici que sont réunies les activités de R&D, d’ingénierie, de direction de projets et de maintenance liées aux projets clés en main de métros de la gamme Val, Cityval et Airval.


2015

Atos : un partenaire de taille

Atos et Siemens renforcent à nouveau leur alliance mondiale : extension de 3,23 milliards d’euros du contrat informatique mondial portant l’engagement minimal de volumes d’affaires de Siemens à 8,73 milliards d’euros d’ici à la fin 2021 pour Atos, amplification du programme conjoint de R&D et de coopération dans le domaine de la transformation numérique de leurs clients et engagement de conservation des titres d’Atos jusqu’en 2020. Siemens est le principal actionnaire d’Atos, avec 12,5 millions de parts équivalant à 12 % du capital actuel du Groupe.


2016

Maintenance des nouveaux Eurostar

Depuis fin 2015, dix premiers trains à grande vitesse Velaro Siemens sont venus enrichir la flotte Eurostar qui circule entre Paris et Londres. Siemens intervient opérationnellement en support technique aux opérations de maintenance préventive de premier niveau ainsi qu’en maintenance corrective pour les éventuelles pannes constatées sur les trains à destination de Paris Nord.


2016

« Ingenuity for life » : une nouvelle identité visuelle

Siemens associe son logo à un slogan, « Ingenuity for life », qui résume ce que l’entreprise représente depuis les toutes premières inventions novatrices de son fondateur : compétence technique, génie, innovation et sens des responsabilités. « L'ingéniosité au service de la vie » est la version déclinée pour Siemens France.


2016

Projet d’automatisation de la ligne 4 du métro parisien

Pour son projet d'automatisation de la ligne 4 du métro, la RATP a choisi le Système d'Automatisation de l'Exploitation des Trains (SAET) de Siemens France, déjà déployé sur les lignes 1 et 14, et reconnu pour ses performances et sa fiabilité.


2016

NExTEO équipera le RER E

La SNCF a choisi Siemens pour la mise en œuvre d’un nouveau système d’exploitation des trains dans le cadre du prolongement de ligne E du RER vers l’ouest. Ce nouveau système d’automatisme, de contrôle et de supervision des trains, appelé NExTEO, permettra d’améliorer la fiabilité et la sécurité d’exploitation de la ligne tout en réduisant l’intervalle entre les trains.


2016

Création d’une joint-venture entre Siemens et Valeo

Les deux entreprises entendent donner naissance à un leader mondial dans le domaine des composants et des systèmes de propulsion électrique haute tension, qui couvrira tous les types de voitures électriques, qu’il s’agisse de véhicules hybrides, hybrides rechargeables ou encore tout électriques. La joint-venture devrait commencer ses activités au dernier trimestre 2016.


2016

Accord de coopération avec Airbus Group

Il s’agit d’un projet commun de grande ampleur, centré sur l’électrification de l’aviation, dont l’objectif consiste à démontrer la faisabilité technique de divers systèmes de propulsion hybride électrique à l’horizon 2020. Les deux groupes ont déjà mis en place une équipe de près de 200 personnes pour renforcer la position dominante de l’Europe dans l’innovation et le développement d’aéronefs à propulsion électrique.


2016

Siemens Healthcare devient Siemens Healthineers

Ce nouveau nom sous lequel Siemens Healthcare opère, à l’échelle mondiale, est l’extension de l’esprit pionnier et de l’expertise en ingénierie médicale de l’entreprise.


2016

Créer un fournisseur éolien de premier plan

Siemens et Gamesa ont signé des accords à caractère juridiquement contraignant portant sur la fusion de l’activité éolienne de Siemens, services éoliens inclus, avec la société Gamesa en vue de créer un nouveau leader mondial des turbines éoliennes. La finalisation de ces accords sera effective en fin d’année 2016.


2016

L’ANSSI certifie l’automate Simatic S7-1500

Siemens devient le premier équipementier pour systèmes industriels à obtenir une certification et une qualification de sécurité, délivrées par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI). La qualification de l’automate Simatic S7-1500 permet d’attester du niveau de sécurité offert par l'automate Simatic S7-1500 : confidentialité, disponibilité et intégrité des installations qu’il équipe. La qualification constitue une attestation d’un plus haut niveau de sécurité et de confiance, permettant au produit de participer à la protection de leurs infrastructures contre la cybermenace et une recommandation à l’achat par l’ANSSI pour les besoins de l’Etat français.