Tools

Siemens BelgiqueSiemens Belgique

Site ExplorerSite Explorer
Close site explorer

Siemens veut diminuer ses coûts commerciaux, généraux et administratifs (SG&A) – 12 600 emplois concernés dans le monde entier Réduction de 4150 emplois pour cause de restructuration – L’entreprise prévoit de vendre SIMS

For the business and financial press
Munich, 08.07.2008

Siemens poursuit sa réorganisation et a l’intention de réduire des postes dans les fonctions administratives. Quelque 12 600 emplois seront supprimés dans le monde entier. En outre, 4150 autres postes seront concernés par des projets de restructuration. Au total, ce sont 16 750 suppressions d’emplois qui sont prévues. « L’évolution du monde des affaires s’est considérablement accélérée. Nous adaptons Siemens à cette nouvelle donne. Par ailleurs, la dégradation de la conjoncture nous contraint à plus d’efficacité », a déclaré le CEO de Siemens, Peter Löscher. En Allemagne, les suppressions d’emplois annoncées concernent au total 5250 postes. Les sites les plus importants en termes de collaborateurs seront les plus touchés : Erlangen, Munich, Nuremberg et Berlin. « Nous voulons entamer rapidement les négociations avec les représentants des travailleurs afin d’organiser les compressions de personnel de la façon la plus sociale possible. Pour ce faire, nous envisagerons d’utiliser tous les moyens à notre disposition comme les sociétés de transfert (outplacement) ou les possibilités de retraite partielle. Les licenciements secs ne peuvent être qu’une solution de dernier recours», a souligné Siegfried Russwurm, directeur du personnel de Siemens.

Dès novembre 2007, Siemens avait annoncé sa volonté de réduire ses coûts commerciaux, généraux et administratifs (SG&A) et de les ramener à un niveau compétitif. Dans le contexte annoncé d’affaiblissement de la conjoncture mondiale, il s’agira de diminuer impérativement les coûts de 1,2 milliard d’ici 2010. Siemens entend réaliser une partie de ces réductions de coûts au niveau des infrastructures informatiques et des frais de consultance. Des compressions de personnel sont également prévues après une nette réduction déjà des cadres supérieurs. Ainsi, le Comité de Direction a été ramené de onze à huit membres et le principe du CEO introduit aux échelons inférieurs. En outre, il est possible de créer de nombreuses synergies en interne suite à la mise en place, au 1er janvier 2008, de la nouvelle structure en trois secteurs (Energy, Industry et Healthcare) issus des huit divisions du passé. Aujourd’hui, nombre de tâches administratives des 70 sociétés régionales sont gérées par le groupe dans 20 clusters. Les quelque 1800 entités juridiquement autonomes seront ramenées à moins d’un millier d’ici 2010.

Dans le monde entier, Siemens a l’intention de réduire quelque 12 600 emplois, principalement administratifs, dont environ 3500 en Allemagne (voir Tableau 1).

Parallèlement à la réduction du nombre de fonctions administratives, Siemens envisage aussi, et pour d’autres raisons, des restructurations au niveaux de certaines entités (‘Business Units’). Les mesures prévues concernent 4150 autres emplois dans le monde (voir Tableau 2). « Nous voulons mettre en œuvre les mesures de restructuration sans attendre. Nous en avons informé les représentants du personnel et convenu avec eux de la marche à suivre », a précisé le directeur du personnel Siegfried Russwurm.

Programmes de suppression d’emplois dans les différents secteurs

Dans le secteur Industry, deux mesures devraient constituer l’ossature de la restructuration. Avec le programme « Mobility in Motion », la division Mobility se donne pour objectif de faire passer sa marge à moyen terme de cinq à sept pour cent et de la maintenir à long terme. Il s’agira notamment d’introduire des plates-formes standardisées. Dans le cadre de la restructuration globale, un total de 2500 emplois devraient être supprimés dans le monde. Environ 700 d’entre eux concerneront des fonctions commerciales et administratives (reprises dans le Tableau 1) et environ 1800 des postes d’ingénierie et de production en Europe.

Dans le cadre du programme de restructuration engagé depuis l’automne 2007 au sein de la Business Unit Electronics Assembly (EA) Systems, dont l’activité porte sur les robots « Pick and Place » (saisie et positionnement de composants électroniques), le secteur Industry prévoit d’autres mesures visant à garantir la compétitivité. Pour permettre à EA de se montrer à la fois souple et performante face à la concurrence internationale, 330 postes, dont 250 en Allemagne, seront supprimés d’ici la fin de cette année suite à une simplification poussée des processus et un allègement de l’organisation en place.

Pour sa part, le secteur Healthcare a l’intention de réduire ses effectifs de 1550 postes administratifs. Environ 350 postes seront supprimés en Allemagne et les autres, pour l’essentiel, aux Etats-Unis. En outre, d’autres mesures de restructuration concerneront 1250 emplois au maximum, dont quelque 250 en Allemagne. Ces coupes interviendront essentiellement au sein des divisions Imaging & IT et Workflow & Solutions. En vue d’améliorer la compétitivité dans le secteur d’activité d’importance stratégique qu’est Healthcare IT, les activités seront recentrées sur des thèmes porteurs.

Autres mesures de compression de personnel prévues

Dans le cadre de ses activités cross-sectorielles, Siemens IT Solutions and Services devra réduire ses effectifs de quelque 550 emplois administratifs et commerciaux, dont environ 300 en Allemagne. Ces réductions seront réalisées notamment par des économies, à l’échelle du groupe, au niveau des coûts informatiques. D’autres adaptations de personnel seront également rendues nécessaires par différents facteurs comme les exigences d’accroissement de la productivité lors du renouvellement des contrats avec les clients existants ou comme une diminution de la demande dans le domaine du développement de logiciels. Ces réductions d’effectifs concernent quelque 500 postes, dont 350 environ en Allemagne.

En plus des projets de restructuration mentionnés ci-dessus, Siemens prévoit de vendre l’entité SIMS (Segment Industrie Montage Services) afin de lui permettre de poursuivre ses activités de service et de montage de manière compétitive. Cette opération concerne au total quelque 1200 personnes sur 35 sites en Allemagne. La mise en place d’une organisation plus souple et plus réactive devrait permettre à l'entreprise d'acquérir de nouveaux clients et, dans le cadre d’une concurrence par les prix, d’améliorer sa position économique face, principalement, à des entreprises de taille moyenne .