Siemens interconnecte les réseaux électriques belge et britannique à l’aide d’une liaison HVDC

  • L'interconnexion Nemo Link® permet le transfert de 1 000 MW d’électricité avec la technologie HVDC Plus de Siemens

  • Siemens a construit les stations de conversion qui abritent cet équipement HVDC de pointe à Herdersbrug (Belgique) et Richborough (Royaume-Uni)

  • Cérémonie d’inauguration officielle le 5 décembre à Herdersbrug (près de Bruges) en présence de dignitaires belges et britanniques

Nemo Link® est une joint venture entre le gestionnaire de réseau de transport d’électricité Elia (Belgique) et l’opérateur de réseau National Grid (Royaume-Uni) qui a pour objectif d’échanger de l’électricité en technologie haute tension à courant continu (HVDC) entre les deux pays. Cette interconnexion d’une capacité allant jusqu'à 1 000 MW relie les réseaux électriques belge et britannique au moyen de câbles sous-marins.
Longue de 140 kilomètres, la nouvelle interconnexion HVDC permet d’importer et d’exporter de l’électricité et de prendre en charge l'intégration des énergies renouvelables dans le réseau, renforçant ainsi la sécurité d’approvisionnement des deux pays. Elle fait partie des projets d'intérêt commun soutenus par la Commission européenne afin d’encourager la création d'un marché européen intégré de l’énergie.

Adam Middleton, Divisional Vice President, Siemens Energy Management en Belgique et en France : « La collaboration entre ELIA, National Grid, Siemens et nos partenaires a débouché sur un projet exemplaire en termes de sécurité et de respect des délais et des budgets. Nous devons ce succès à l’implication et à la solidarité exceptionnelles dont ont fait preuve toutes les personnes concernées, qui ont travaillé ensemble comme une seule équipe au-delà des frontières belges, britanniques et allemandes. Elles peuvent être fières d'avoir mené à bien cette réalisation technologique de pointe. »

Carl Ennis, Managing Director, Siemens Energy Management au Royaume-Uni, ajoute : « C’est grâce à l’excellence de Siemens dans l’ingénierie que ce projet énergétique vital a pu voir le jour. Après sa mise en service, début 2019, l’interconnexion garantira la sécurité d’approvisionnement de la Belgique et du Royaume-Uni, et les aidera à atteindre leurs objectifs globaux de décarbonisation. »

Chris Peeters, Chief Executive Officer d’Elia :
« Nous concrétisons ce mercredi la première interconnexion sous-marine entre la Belgique et le Royaume-Uni. C’est un projet titanesque qui se réalise et qui constitue une grande première pour la Belgique tant d’un point de vue technique que stratégique. Grâce à cette nouvelle interconnexion et très prochainement à ALEGrO, nous augmentons considérablement nos capacités d’échange d’énergie et nous positionnons nos infrastructures au centre d’un futur système électrique européen intégré. »

John Pettigrew, Chief Executive Officer de National Grid :
« Nemo Link apportera de grands avantages aux consommateurs britanniques et belges en offrant aux deux pays un accès à un éventail énergétique plus large et en leur offrant des opportunités de développement sur d'autres marchés de l'électricité. En connectant les marchés de l'électricité britannique et belge, nous veillerons à ce que nos clients aient accès à différentes sources de production et à des prix d'électricité moins élevés. Cela signifiera que les clients paieront moins pour leur énergie. Au cours des cinq prochaines années, National Grid investira plus de 2 milliards d'euros dans de nouvelles interconnexions en Europe. Cet engagement important repose sur la valeur et les avantages que des interconnexions telles que Nemo Link procurent aux clients. »

Cette réalisation repose sur la technologie HVDC Plus de Siemens, qui a construit une station de conversion HVDC de chaque côté de la Manche permettant de transporter 1 000 mégawatts (MW) de puissance électrique à une tension de transport de ± 400 kilovolts (kV) DC. Le courant alternatif (AC) est transformé en courant continu (DC) dans la première station de conversion et reconverti de DC en AC dans la deuxième station, à l’autre extrémité de la liaison. Hautement contrôlable et flexible, le système HVDC Plus procurera des avantages opérationnels aux deux réseaux de transport. Les projets HVDC réalisés par Siemens à travers le monde totalisent une capacité de 6,3 gigawatts.

En septembre 2017, le projet Nemo Link® a franchi le cap d’un million d’heures-homme sans le moindre accident du travail avec arrêt, ce qui a valu à Siemens de remporter le prestigieux « Sword of Honour 2017 » du Conseil britannique pour la sécurité. Ce trophée est décerné uniquement aux entreprises qui vont bien au-delà des normes ESS communément appliquées.

Des dignitaires belges et britanniques, des membres de la Commission européenne ainsi que des représentants des autorités locales et des partenaires ont assisté à la cérémonie officielle d'inauguration qui a eu lieu le 5 décembre.

La semaine prochaine, une phase de test avec échange d’énergie débutera et permettra de s’assurer que tout est opérationnel. Ce sera la dernière étape de la réalisation du projet avant sa mise en service. Cette mise en service est prévue pour le premier trimestre 2019. L’interconnexion sera alors directement opérationnelle et participera à l'intégration du système électrique européen.

 

Photo's :

     

     

    Pour plus d'informations sur la technologie HVDC Plus consultez la page : www.siemens.com/hvdc-plus

     

    Siemens AG (Berlin et Munich) est un leader technologique mondial. Symbole d’excellence, d’innovation, de qualité, de fiabilité et de présence internationale depuis 170 ans, l’entreprise est active dans toutes les régions du globe et opère principalement dans les domaines de l’électrification, de l’automatisation et de la digitalisation. Géant mondial des technologies à haute efficacité énergétique qui contribuent à préserver les ressources naturelles, Siemens est l’un des principaux fournisseurs de solutions dédiées à la production et au transport efficaces de l’énergie, mais aussi un pionnier des solutions d’infrastructure, des équipements d’automatisme et des solutions logicielles destinées à l’industrie. Avec sa filiale cotée en Bourse Siemens Healthineers AG, le groupe est aussi un acteur de premier plan de l’imagerie médicale, qu’il s’agisse de scanographie ou d’imagerie par résonance magnétique, ainsi que du diagnostic de laboratoire et de l’informatique médicale. Au cours de l’exercice fiscal 2018 (clôturé le 30 septembre 2018), Siemens a enregistré un chiffre d’affaires de 83,0 milliards d’euros, pour un résultat net de 6,1 milliards d’euros. Fin septembre 2018, le groupe employait quelque 379 000 personnes dans le monde. Pour de plus amples informations, consultez le site  www.siemens.com.

    05/12/2018