Siemens implante à Toulouse le siège mondial de son activité Val

  • Dans le cadre de son soutien à la réindustrialisation de la France, Siemens a fait le choix de Toulouse pour implanter le siège mondial de son activité de métros automatiques Val.

  • Cette décision s’inscrit dans la continuité des partenariats industriels que Siemens a déjà noués dans la Métropole toulousaine.

Par son attractivité, son dynamisme et son orientation vers les nouvelles technologies, la Métropole de Toulouse s’est imposée comme le meilleur choix pour le regroupement des activités de métros automatiques Val du Groupe Siemens. Celles-ci sont aujourd’hui réparties principalement entre Châtillon (92), Roubaix (59) et Colomiers (31).

Eric Cazeaux, Directeur de la Division Mobility de Siemens France et CEO de l’activité Val précise : « C’est à Toulouse que seront progressivement réunies les activités de recherche & développement, d’ingénierie, de direction de projets et de maintenance liées aux projets clés en main de métros automatiques de la gamme Val, Cityval et Airval. »
 
En tant qu’ensemblier, Siemens s’appuie déjà sur une filière industrielle toulousaine à la pointe sur les systèmes embarqués et poursuivra son développement ambitieux, principalement à l’international, contribuant ainsi au rayonnement de l’industrie française.
 
Situé au cœur du quartier de Basso Cambo (Secteur Toulouse Ouest), le nouveau site Val de Siemens s’étend sur un terrain de 10 000 m² dans des locaux en cours de réaménagement. Les premières équipes s’y sont installées le 9 novembre. Le site sera complètement équipé au printemps prochain et plus d’une centaine de collaborateurs y sera alors regroupée.
 
Le Val, métro sur pneus 100% automatique, circule sous différentes versions en France à Lille (59), Rennes (35) et Toulouse (31) ainsi qu’aux aéroports de Paris Orly (94) et Paris Charles de Gaulle (95). Il est également en service à Turin (Italie), Taipeh (Taiwan) et Uijeongbu (Corée du Sud) ainsi qu’à l’aéroport de Chicago O’Hare (USA). Le Cityval, métro automatique de nouvelle génération, a déjà été choisi par Rennes Métropole pour sa deuxième ligne en construction.
 
Le Centre de compétences du Groupe pour les automatismes de métros sans conducteur reste quant à lui basé à Châtillon où une forte activité y est actuellement développée liée aux projets parisiens et internationaux (Barcelone, Alger, New York, Mexico, Rio de Janeiro, Hong Kong et Riyad).


09/11/2015